Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de loipri

Articles récents

Bataille de Poitiers (1356) Nouaillé Maupertuis

1 Novembre 2016 , Rédigé par loipri

Bataille de Poitiers (1356)

Lors de la guerre de Cent Ansaprès leur éclatante victoire à la bataille de Crécy3 (1346), les Anglais se sont solidement établis en Guyenne et mènent régulièrement des raids dans le Sud de la France4. En 1355 déjà, le roi de France Jean II 

portrait

de fonds n'avait pu les combattre. Il réunit en 1356 les états généraux qui lui accordent ce dont il a besoin pour lever une armée. La bataille a lieu à Nouaillé-Maupertuis près de Poitiers. Quoique numériquement très supérieures, Jean II 

portrait

ses troupes par une tactique irréfléchie et se fait prendre  

Campagne précédant la bataille[modifier | modifier le code]

 
Course poursuite entre la chevauchée du Prince noir et l'Ost royal.

La chevauchée menée, début août 1356, par le Prince noir dévaste une grande partie du Bergeracois, du Périgord, du Nontronnais, du Confolentais, du Nord-Ouest du Limousin, de la Marche, du Boischaut, de la Champagne berrichonne, du Berry, de la Sologne, du Sud de la Touraine et du Poitou.
Pour le poursuivre plus efficacement, Jean II le Bo

portrait

abandonne la moitié de son ost pour ne garder que les cavaliers, plus rapides. Les différents contingents qui avaient passé la Loire à OrléansMehunSaumurBlois,Tours et ailleurs, se réunirent vers la capitale tourangelle. Après avoir cherché l'adversaire, l'ost français, se trouve à proximité des anglais à Tours. Grâce à une habile manœuvre, le roi de France oblige les Anglo-Gascons à se diriger vers le Sud. Partant de Loches, les Français traversent la Creuse à La Haye, le 16 septembre, occupent le pont de Chauvigny et se dirigent sur Poitiers.
Le 17 septembre5 au matin, le prince Noir fonce, avec 200 hommes d'armes, à travers la forêt de Moulière et débouche sur la route de Poitiers à Chauvigny où il tombe par surprise sur l'arrière garde de l'armée française forte de 700 hommes d'armes et chevaliers à la Chaboterie au Breuil l'Abbesse. Les Français, totalement décontenancés, s'enfuirent dans la forêt, perdant 240 hommes dont le comte de JoignyJean II de Chaloncomte d'Auxerre, et Jean II de Châtillon qui seront libérés après rançon.
Quand le roi Jean apprend que ses ennemis étaient derrière et non devant, il fait retourner sa troupe. Au soir, les deux armées campent l'une en face de l'autre.

Avant que la bataille ne se déclenche, le cardinal de Talleyrand-Périgordlégat pontifical d'Innocent VI tente une médiation et obtient une trêve de 24 heures.

Les Anglo-Gascons, très largement moins nombreux et menacés d'encerclement et de famine, offrent de rendre le butin et de ne point porter les armes pendant sept ans contre le royaume de France.

Mais, au conseil royal, prévaut l'idée de profiter du rassemblement d'une armée, manifestement plus puissante que l'autre, pour ne pas laisser échapper l'occasion de faire un exemple de ces ravageurs du royaume. Ainsi, il est énoncé dans les conditions de reddition que le Prince noir

portrait

devra se constituer prisonnier au roi de France. Ne pouvant accepter ces termes, l'héritier du trône d'Angleterre se résout à livrer bataille.

Les Anglais acceptent le combat de mauvais gré, le chemin de la Guyenne leur étant coupé. La bataille se déroulant sur un terrain accidenté et coupé de haies, Jean II le Bon 

portrait

décide que le combat se fera à pied.

Pendant que ces batailles s'organisaient, le roi Jean fait reconnaître les positions anglaises par Eustache de Ribemont, Jean de Landas, Guichard de Beaujeu et Guichard d'Angles. Ceux-ci rapportent « la première bataille ennemies peut être estimés à 2 000 hommes d'armes, 4 000 archers et 1 500 brigands et qu'ils sont positionnés en un lieu très fort. Celui-ci est le long d'un chemin fortifié de haies et de buissons. De chaque côté de cette haie, qui n'a qu'un accès, sont positionnés les archers. Aux environs se trouvent les hommes d'armes et il est impossible d'attaquer uniquement à cheval dans ces conditions. Eustache de Ribemont préconise alors une attaque à pied après une attaque de cavalerie destinée à rompre les lignes anglaises. »

Il fut donc décidé de faire une trouée à travers les archers par une charge irrésistible, puis de s'élancer épée à la main le long du seul chemin qui conduisait aux Anglais. Les maréchaux Jean de Clermont 

portrait

et Arnoul d'Audrehem allèrent choisir 300 chevaliers ou écuyers les plus vaillants et les mieux montés et armés afin de conduire la charge de cette troupe d'élite. Un peu en arrière, se trouvait en renfort la bataille des chevaliers allemands et lorrains, commandés par les comtes de Sarrebruckde Nidau et de Nassau. Le reste de l'armée était répartie en trois grosses batailles de 16 000 hommes chacune.

Troupes anglaises

Durant les 24 heures où les armées se faisaient face, les capitaines anglais renforcèrent leurs positions défensives en fonction des observations faites du dispositif d'attaque des troupes françaises.

Tout en conservant la première ligne de bataille telle que les chevaliers du roi de France l'avait observée, Le Prince de Galles plaça plus loin à droite de la position de Maupertuis, sur une colline, 300 hommes d'armes et 300 archers sous le commandement de William Montagucomte de Salisbury.

Le prince de Galles et sa grosse bataille, avec sa cavalerie et l'élite des barons anglais et gascons se tenaient un peu en arrière de la première bataille. La partie accessible du dispositif anglais « était fortifié et enclos avec le charroi et tout le harnois ».

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le roi allait donner le signal d'attaque lorsque deux légats du Pape accourus de toute hâte de Poitiers vinrent parler de trêve et de négociations pacifiques. Malgré le bon vouloir du Prince de Galles, qui manquait de vivres, on ne put s'entendre et l'armistice consenti par le roi fut rompu le lendemain matin.

Au petit matin du 19 septembre 1356, un mouvement des Anglais laisse penser qu'ils tentent de passer leur butin de l'autre côté du Miosson au gué de l'Homme. Les deux commandants de l’avant-garde française ont un avis contraire sur ce mouvement : le maréchal Jean de Clermont portrait

appréhende un piège, alors que le maréchal Arnoul d’Audrehem estime qu'il faut tout de suite occuper les passages. Le ton monte, ils se défient et, sans prendre les ordres du roi, chargent chacun pour soi.

La charge d'Audrehem sur un chemin bordé de haies (Maupertuis, signifiant un « mauvais passage ») est anéantie par les archers gallois masqués derrière les buissons. Le connétable Gauthier VI de Brienne 

Gauthier VI de BRIENNE, Connétable de FRANCE 1302-1356

Portrait

se joint au maréchal de Clermont pour charger sur le comte de Salisbury. Tous deux sont tués. L'avant-garde est décimée.

Les deux corps de bataille français s'engagent ensuite de façon désordonnée, désordre accentué par les pièges préparés par les Anglais. Les premières lignes françaises s'agglutinent en contrebas des haies infranchissables qui barrent le champ de bataille. Elles refluent à contre sens des secondes lignes qui montent à l'assaut. C'est la pagaille sous un déluge de flèches anglaises. La bataille tourne à l'avantage du Prince noir.

Quand il voit la déconfiture des maréchaux, le roi de France se lance dans la bataille qui se transforme bientôt en un remous de combats individuels où le désordre et puis le désarroi règnent. « Depuis la perte ou la prise des deux maréchaux, la mort du connétable, l'armée royale se disloquait progressivement. »

Il existe, pour l'armée qui relevait du ban féodal, le droit reconnu par l'ordonnance royale du 30 avril 1351, pour les seigneurs bannerets, de se départir (se dégager) d'une bataille jugée perdue et inutile à poursuivre. Ce départ doit se faire par délibération d'une même bannière et en ordre. Il ne se confond pas avec la fuite, mais s'explique par le souci d'éviter d'être fait prisonnier et de verser une rançon qui coûtait fort cher. Il est prescrit de prévenir de son départ.

Alors que le roi Jean II le Bon 

portrait

n'a pas encore donné l'assaut avec le gros de ses troupes, celles-ci l'abandonnent. Il pense alors que la défaite est possible, et sauve ses fils en les envoyant à Chauvigny : le dauphin Charles, le duc de Normandie 

portrait

et le duc d'Anjou.

 
Bataille de Poitiers, miniature de Loyset Liédet tirée de Jean FroissartChroniques, BNF, Fr.2643, f.207r.

Jean Chandos l'aperçoit de loin, reconnaissable à sa cotte d'armes fleur-de-lysée et le montre au prince de Galles : « Adressons-nous devers votre adversaire le roi de France, car en cette part gît tout le sort de la besogne. Bien sçait que par vaillance, il ne fuira point. »

Jean le Bon, sur une élévation de terrain appelée le champ Alexandre, entouré de ses plus fidèles, descend de cheval et fait mettre, à tous, pied à terre. Puis, saisissant une hache d'armes, il attend l'assaut.

Certes, Philippe VI,

portrait

son père, n'avait commis aucune lâcheté, lorsque après s'être vaillamment battu, il se laissa entraîner hors du champ de Crécy par les compagnons qui lui restaient.

L'essence du pouvoir des rois de France est censée être d'ascendance divine. Une attitude non chevaleresque discréditerait la branche des Valois déjà vaincue à Crécy. Or Philippe VI,

portrait

son père, avait été choisi comme roi au détriment d'Édouard III  

portrait

pourtant petit-fils de Philippe le Bel

portrait

Jean le Bon, ayant mis ses enfants à l'abri, choisit donc un sacrifice héroïque.

C'est ici que le commentaire de Jean-Michel Tourneur-Aumont, historien et professeur d'histoire à la Faculté des Lettres de Poitiers, prend un sens ésotérique. C'est le sacrifice du roi.

« Pressé de toutes parts, il se bat jusqu'à l'épuisement de ses forces et l'on peut se demander dans quelle faible mesure, l'appât de la rançon a pu retenir la main de ces guerriers avides, mais farouches, tout sanglants des coups que le roi leur portait. La voix de son fils cadet âgé de 14 ans, Philippe (qui en gardera le surnom de Hardi)
portrait
qui était revenu se glisser à ses côtés retentit encore dans l'épopée française : — Père, gardez-vous à droite ! — Père, gardez-vous à gauche ! »

La popularité et la considération envers le roi vaincu furent unanimes. Elles sont attestées par les faits les plus probants : les dons volontaires pour la rançon en des temps de crise économique cruelle, les entreprises de délivrance, la littérature sans publicité, le prestige en Avignon, l'éclat des funérailles en 1364.

À deux lieues de là se dresse le tout neuf château de Chambonneau. Le Prince noir le prend par bluff. C'est au premier étage du donjon (encore existant) que se déroule le premier repas de captivité du roi et de son fils le 19 septembre au soir. Devant eux, un capitaine anglais blessé dans le combat et moribond à Chambonneau, rend l'âme dans les bras du Prince noir. Il s'agit du sire Dandley7.

Les Anglais poursuivirent les fuyards jusqu’à Poitiers qui ferma ses portes.

La bataille commencée à 6 heures, était finie à midi.

Bilan[modifier | modifier le code]

Pertes2
Couverture.
 
Mort de Gauthier VI de Brienne. Miniature du Maître du Froissart du Getty tirée du Des cas des nobles hommes et femmes de BoccaceBritish Library, Royal 14 E V, f.499v.

Les Français perdirent 17 comtes, 1 archevêque, 66 barons et bannerets et 2 000 hommes d'armes.
3 000 hommes d'armes furent tués dans la poursuite sans compter les comtes, vicomtes, barons, bannerets…
Les Français laissèrent sur le champ de bataille 8 000 hommes d'armes.

Les Anglais ne perdirent que 190 hommes d'armes et 150 archers.

Jean le Bon est fait prisonnier par Denis de Morbecque. Jean le Bon est le 2e souverain français à être capturé sur un champ de bataille8.
Édouard III exige une énorme rançon de quatre millions d'écus d'or pour sa libération. Son prestige est au plus haut contrairement à celui de la noblesse française. Le roi étant captif, le royaume va sombrer dans la guerre civile.

Les états généraux de langue d'oïl sont réunis peu après. Ils décident de libérer Charles II le Mauvaisroi de Navarre,

portrait
  • Charles II (de Navarre) CAPETIENS D'ÉVREUX-NAVARRERoi de Navarre (ESPAGNE) 1332-1387
  • RdEs cousin et beau-frère du roi captif, dans l'espoir qu'il protège le pays dans la défaite. Mais le Navarrais entre en contact avec les Anglais pour s'approprier de nouveaux fiefs.

Enfin, en 1360, le traité de Brétigny, négocié par Jean Chandos côté anglais, et par Bonabes IV, sire de Rougé et de Derval,

portrait

côté français, rend la liberté au roi Jean le Bon contre une rançon de 3 millions d'écus d'or, (à sa mort, le 8 avril 1364, à peine un tiers de la rançon avait été versé)9. En outre, la France abandonne aux Anglais la partie du royaume correspondant aux anciennes possessions des Plantagenêts en Aquitaine, soit quasiment tout le sud-ouest de la France.

Enfin, l’efficacité des archers gallois, après Crécy, ne pousse pas à la création d’unités d’archers par le futur roi de France Charles V

portrait

Celles-ci sont dissoutes sous la pression de la noblesse, mais l’idée est reprise un siècle plus tard (et après Azincourt) pour la création des compagnies d'ordonnance en 1445 et les francs-archers en 1448.

Conséquences[modifier | modifier le code]

 
Prise du roi Jean II le Bon sur le champ de bataille. Chroniques de Froissart, bibliothèque municipale de Besançon, Ms.864-865.
Angleterre

La chevauchée du Prince noir en 1356 est une très grande victoire pour l’Angleterre, plus grande encore que celle d’Édouard III en 1346.

portrait
France

D'un point de vue militaire, la défaite de Poitiers est plus humiliante que celle de Crécy. En effet, ces deux batailles sont identiques, avec des stratégies et échecs identiques.

En 10 ans, les Français n’avaient pas su faire évoluer leur technique militaire. Comme en 1346, l’armée française comptait encore presque exclusivement sur sa cavalerie et n’avait pas d’archers dans ses rangs. La conception de guerre n'avait pas évoluée et les Français se battaient, très courageusement, en un engagement où les chevaliers se ruaient les uns sur les autres : une stratégie militaire héritée du xiiie siècle, mais totalement dépassée.

La bataille de Poitiers n'avait été livrée que contre un corps expéditionnaire, valeureux certes, mais bien loin de la force et de l'expérience des troupes royales.

À Crécy, Philippe VI,

portrait

en constatant son échec, avait quitté le champ de bataille ; Jean le Bon 

portrait

réalisant que l’affrontement était un échec, décida cependant de rester. Ce comportement, chevaleresque et héroïque, mais néanmoins inutile, causa de grands troubles dans le royaume de France.

portrait
portrait
portrait
portrait
portrait
portrait
portrait
portrait
portrait
portrait
portrait
 
portrait
Lire la suite

Le Siège de La Rochelle (1224) Ancêtres d'Anaïs

8 Octobre 2016 , Rédigé par loipri

Siège de La Rochelle (1224)

 
 
Siège de La Rochelle de 1224
Description de cette image, également commentée ci-après

Une représentation du siège de la Rochelle avec Louis VIII (miniature du XIIIe ou xive siècle).

Informations générales
Date 15 juillet - 3 août 1224
Lieu

La Rochelle,

province d'Aunis

Issue Victoire de l'armée royale
image illustrant La Rochelle image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant La Rochelle et l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de La Rochelle.

Le siège de La Rochelle, ordonné par Louis VIII sosa Louis VIII  Portrait 1187-1226 arbre et mené par Mathieu II de Montmorency  

sosa Mathieu II de MONTMORENCY  Portrait  

ca 1174-1230  arbre commence le  et se termine par le retour de La Rochelle sous la couronne de France le .

En 1222, le roi d'Angleterre Henri III 

sosa Henry III Portrait1207-1272  arbre décide de renforcer l'influence anglaise en Aunis. Le 4 décembre, il édicte une charte prescrivant aux Rochelais d'établir un port dans l'ouest de la ville et de la fortifier, et le , il leur ordonne de commencer les travaux.

De son côté, Louis VIII

sosa Louis VIII  Portrait 1187-1226 arbre, roi de France, prend prétexte du fait que les conditions du traité de 1217 n'étaient toujours pas remplies pour lancer une campagne destinée à s'emparer des possessions anglaises en France.

En effet, à la suite de sa victoire sur Jean sans Terre 

sosa Jean Sans Terre Portrait 1166-1216  arbre à la Bataille de la Roche-aux-Moines en 1214, les barons anglais lui avaient promis la couronne d'Angleterre. Cependant, ces derniers revinrent sur leur décision le  en signant le traité de Lambeth, qui octroyait la couronne à Henri III moyennant certaines compensations, dont le paiement d'une forte somme d'argent au roi de France.

Ainsi, sur les ordres du roi Louis VIII, Mathieu II de Montmorency 

sosa Mathieu II de MONTMORENCY  Portrait ca 1174-1230  arbre fait le siège de La Rochelle le , et la libère de la domination anglaise le . La ville revient alors sous la couronne de France, tout en conservant ses privilèges.

En conséquence, Henri III signe à Londres une charte communale à Bordeaux, qui prend dès lors la place de La Rochelle dans la prédominance du commerce du vin avec l'Angleterre.

Lire la suite

Parenté Politique Américaine 02

17 Juin 2016 , Rédigé par loipri

Secrétaire d'État Américain

 

Lire la suite

59 Racines de Vertou 44120

21 Mai 2016 , Rédigé par loipri

59 Racines de Vertou 44120

                   +-- PRIOU (SAINT JULIEN de CONCELLES 44) ca 1595 (ca 1480 - ca 1650Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

Bout de branche PRIOU

              +-- Pierre PRIOU-MOREAU 1884-1957  Portail:Histoire/Contribuer
              |    +-- MOREAU (HAUTE GOULAINE 44) ca 1610 (ca 1505 - ca 1665Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

Bout de branche MOREAU

         +-- Henri PRIOU_CORBINEAU 1926-2014 Portail:Histoire/Contribuer

         |    |    +-- CORBINEAU (LE BIGNON 44) ca 1595 (ca 1355 - ca 1660Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

Bout de branche CORBINEAU

         |    +-- Marie Louise CORBINEAU-FARINEAU 1890-1968 Portail:Histoire/Contribuer
         |         +-- FARINEAU (REZÉ 44) ca 1530 (ca 1475 - ca 1690Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

Bout de branche FARINEAU

59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
59 Racines de Vertou 44120
Lire la suite

16 Bouts de branches

16 Avril 2016 , Rédigé par loipri

 

 

                   +-- PRIOU (SAINT JULIEN de CONCELLES 44) ca 1595 (ca 1480 - ca 1650Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

              +-- Pierre PRIOU-MOREAU 1884-1957  Portail:Histoire/Contribuer
              |    +-- MOREAU (HAUTE GOULAINE 44) ca 1610 (ca 1505 - ca 1665Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

         +-- Henri PRIOU_CORBINEAU 1926-2014 Portail:Histoire/Contribuer

         |    |    +-- CORBINEAU (LE BIGNON 44) ca 1595 (ca 1355 - ca 1660Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

         |    +-- Marie Louise CORBINEAU-FARINEAU 1890-1968 Portail:Histoire/Contribuer
         |         +-- FARINEAU (REZÉ 44) ca 1530 (ca 1475 - ca 1690Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

    +-- Loïc PRIOU-GOBIN 1963 Portail:Histoire/Contribuer

    |    |         +-- GOBIN (BOUGUENAIS 44) ca 1570 (ca 1350 - ca 1695Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

    |    |    +-- Louis II GOBIN-DUGAST1906-1995 Portail:Histoire/Contribuer
    |    |    |    +-- DUGAST (REMOUILLE 44) ca 1605-(ca 1350 - ca 1685Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

    |    +-- Marie-Louise GOBIN-RAMBAUD1933-1984  Portail:Histoire/Contribuer

   |         |    +-- RAMBAUD (SAINT DENIS la CHEVASSE 85) ca 1640 (ca 1565 - ca 1680Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

    |         +-- Adélina RAMBAUD-ALBERT 1909-1993 Portail:Histoire/Contribuer
    |              +-- ALBERT (CHAVAGNES EN PAILLERS 85) ca 1665 (ca 1530 - ca 1675Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer Meuble héraldique Fleur de lys.svg  Portail du royaume de France

-- Anaïs PRIOU-BIGEON1988 Portail:Histoire/Contribuer >> Portail de la sociologie

    |              +-- BIGEON (DELOUZE ROSIÈRES 55) ca 1625 (ca 1475 - ca 1685Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer Meuble héraldique Fleur de lys.svg  Portail du royaume de France

    |         +-- Henri BIGEON-GUIBERT 1899-1962 Portail:Histoire/Contribuer
    |         |    +-- GUIBERT (VIEILLEVIGNE 44) ca 1590 (ca 1520 - ca 1675Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

    |    +-- Yvonick BIGEON-PLOUARMEL 1937 Portail:Histoire/Contribuer

    |    |    |    +-- PLOUARMEL (POULLAOUEN 29) ca 1640 (ca 1475 - ca 1770Portail de la généalogiePortail:Histoire/Contribuer  Meuble héraldique Fleur de lys.svg  Portail du royaume de France

    |    |    +-- Alexandrine PLOUARMEL-LE COQ 1899-1969 Portail:Histoire/Contribuer
    |    |         +-- LE COQ (GUÉGON 56) ca 1645 (ca 1425 - ca 1685Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

    +-- Marie-Laure BIGEON-GUILLARD1963 Portail:Histoire/Contribuer

         |         +-- GUILLARD (LANOUÉE 56) ca 1590 (ca 1445 - ca 1680Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

         |    +-- Firmin GUILLARD-QUELLARD 1912-1966 Portail:Histoire/Contribuer
         |    |    +-- QUELLARD (SAINT VINCENT SUR OUST 56) ca 1660 (ca 1490 - ca 1815Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

         +-- Simone GUILLARD-POIRIER 1938-2005 Portail:Histoire/Contribuer

              |    +-- POIRIER (POMMERIEUX 53) ca 1635 (ca 1480 - ca 1710Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer

              +-- Simone POIRIER-LOSIER 1914-1959 Portail:Histoire/Contribuer

                   +-- FOUSSIER (L'HÔTELLERIE-DE-FLÉE 49) C4 ca 1560 (ca 1470 - ca 1695Portail de la généalogie Portail:Histoire/Contribuer Meuble héraldique Fleur de lys.svg  Portail du royaume de France

 

 

Lire la suite

Ancêtres dans les Batailles pour La France 01

19 Mars 2016 , Rédigé par loipri

Mes Ancêtres dans les Batailles pour La France

sosa Mérovée Ier (Le Jeune) ca 411-457 Mérovée

sosa Gondioc (Cliodio) ca 415-473 Gondioc

sosa Clovis Ier (Le Grand) ca 466-511 Clovis Ier

sosa Charles Martel ca 688-741 Charles Martel :

sosa Charles Ier (Charlemagne) 747-814 Charlemagne

sosa Bernard ca 731-787 Bernard (fils de Charles Martel)

sosa Siegfried III ca 840-887 Siegfried

sosa Guillaume Ier (Le Libérateur) ca 956-993 Guillaume de Provence 

 

sosa Guillaume Ier (Le Conquérant) 1027-1087 Guillaume le Conquérant 

sosa Henri Ier 1008-1060 Henri Ier de France

sosa Ranulf III ca 1070-1129 Rainulf de Briquessart

sosa Hamon (Le Dentu) ca 1010-1047 Hamon le Dentu

sosa Raoul Ier ca 1020 Raoul Taisson

sosa Robert 1022-1089Robert d’Eu

sosa Gautier Ier (Walter) ca 1015 Gautier Giffard

sosa Guillaume ca 1025-1071 Guillaume Fitz Osbern

sosa Eustache II ca 1020-ca 1087 Eustache II de Boulogne

sosa Raymond IV (Jumeau) 1042-1105 Raymond de Toulouse

sosa Alexis Ier 1058-1118 Alexis Ier Commène

sosa Louis VII (Le Jeune) 1119-1180 Louis VII

sosa Thierry III (D'Alsace) ca 1099-1168 Thierry d'Alsace

sosa Philippe II (Philippe-Auguste) 1165-1223 Philippe Auguste

 

sosa Robert IV ca 1150-1193 Robert de Sablé

Lire la suite

Ancêtres dans les Batailles pour La France 02

19 Mars 2016 , Rédigé par loipri

Mes Ancêtres dans les Batailles pour La France (suite)

sosa Eudes III 1166-1218 Eudes de Bourgogne

sosa Hervé IV ca 1175-1222 Hervé IV de Donzy

sosa Gaucher III ca 1166-1219 Gaucher III de Châtillon 

sosa Raymond VI ( VIII ) 1156-1222 Raymond VI de Toulouse

sosa Simon IV ca 1165-1218 Simon IV de Montfort

sosa Raymond Roger ca 1155 Raymond-Roger de Foix

sosa Bernard IV ca 1155-1225 Bernard IV de Comminges 

sosa Thiébaut Ier 1158-1214 Thiébaut Ier de Bar

 

sosa Guy ca 1180-1228 Guy de Montfort

sosa Bouchard Ier ca 1180-1226 Bouchard de Marly

sosa Robert II ca 1154-1219 Robert de Dreux

sosa Guillaume II Talvas ca 1170-1221 Guillaume de Ponthieu

sosa Henri Ier ca 1160-1235 Henri de Brabant

sosa Amaury VI 1192-1241 Amaury VI de Montfort

sosa Guy Ier ca 1190-1233 Guy Ier de Lévis

sosa Louis VIII (Le Lion) 1187-1226 Louis VIII

sosa Henry III (De Winchester) 1207-1272 Henri III d'Angleterre

sosa Hugues X ca 1195-1249 Hugues X de Lusignan 

sosa Robert Ier (Le Bon Ou le Vaillant) 1216-1250 Robert Ier d’Artois 

sosa Robert II (Le Noble) 1250-1302 Robert II d'Artois

sosa Jean Ier (De Namur) ca 1266-ca 1330 Jean Ier de Namur

sosa Gaucher V ca 1249-1329 Gaucher de Châtillon

sosa Jean II ca 1285-ca 1336 Jean II de Melun

sosa Jean ca 1325-1391 Mouton de Blainville

sosa Ambroise II ca 1394-1446 Ambroise de Loré

Lire la suite

2016 Résumé Voyages 01

10 Mars 2016 , Rédigé par loipri Publié dans #Voyages

2016 Résumé Voyages 01
2016 Résumé Voyages 01

Liste des voyages visités de 1986 à 2015 :

Premiers Voyages 1986 à 1997

Planète Terre Voyages Loïc 2010

Tour du Monde de 1986 à 2012

Mes Voyages autour du Monde

 

Liste des pays du monde

 
N° 01 (1986 05) : WE New-York 
Drapeau : États-Unis les États-Unis (01er pays)
N° 02 (1990 05) : WE Hammamet 
Drapeau : Tunisie la Tunisie (02è pays)
N° 03 (1993 05) : WE Wembley 
Drapeau : Royaume-Uni le Royaume-Uni (03è pays)
N° 04 (1993 11) : LC Bali - Singapour 
Drapeau : Indonésie l'Indonésie (04è pays)
Drapeau : Singapour Singapour (05è pays)
N° 05 (1994 05) : MC Sud Marocain 
Drapeau : Maroc le Maroc (06è pays)
N° 06 (1995 11) : LC Las Végas - Tahiti 
Drapeau : États-Unis les États-Unis (x 2)
Drapeau : France la France
N° 07 (1996 05) : MC Istanbul - Izmir 
Drapeau : Turquie la Turquie (07è pays)
N° 08 (1997 11) : LC Népal - Radjastan 
Drapeau du Népal le Népal (08è pays)
Drapeau : Inde l'Inde (09è pays)
N° 09 (1998 11) : LC Safari Africain 
Drapeau : Tanzanie la Tanzanie (10è pays)
N° 10 (1999 11) : LC Brésil - Argentine 
Drapeau : Brésil le Brésil (11è pays)
Drapeau : Argentine l'Argentine (12è pays)
N° 11 (2000 11) : LC Vietnam 
Drapeau : Viêt Nam le Viêt Nam (13è pays)
N° 12 (2001 11) : LC Nouvelle Orléans - Miami - Bahamas 
Drapeau : États-Unis les États-Unis (x 3)
Drapeau : Bahamas les Bahamas (14è pays)
N° 13 (2002 11) : LC île Maurice 
Drapeau : Maurice Maurice (15è pays)
N° 14 (2003 11) : LC Afrique du Sud 
Drapeau : Afrique du Sud l'Afrique du Sud (16è pays)
N° 15 (2004 05) : MC Corfou 
Drapeau : Grèce la Grèce (17è pays)
N° 16 (2004 11) : LC Costa-Rica 
Drapeau : Costa Rica le Costa Rica (18è pays)
N° 17 (2005 05) : MC Ibiza 
Drapeau : Espagne l'Espagne (19è pays)
N° 18 (2005 11) : LC île de La Réunion 
Drapeau : France la France (20è pays)
N° 19 (2006 05) : MC Marrakech 
Drapeau : Maroc le Maroc (x 2)
N° 20 (2006 11) : LC Equateur 
Drapeau : Équateur l'Équateur (21è pays)
N° 21 (2007 05) : MC Madère 
Drapeau : Portugal le Portugal (22è pays)
N° 22 (2007 11) : LC Sydney - Alice Sprint - Cairns 
Drapeau : Australie l'Australie (23è pays)
N° 23 (2008 05) : MC Nicosie 
Drapeau : Chypre Chypre (24è pays)
N° 24 (2008 11) : LC Nosy Be 
Drapeau : Madagascar Madagascar (25è pays)
N° 25 (2009 05) : MC Taba - Pétra 
Drapeau : Égypte l'Égypte (26è pays)
Drapeau : Jordanie la Jordanie (27è pays)
N° 26 (2009 11) : LC Buenos-Aires - Ushuaia 
Drapeau : Argentine l'Argentine (x 2)
 

 

Lire la suite

2016 Résumé Voyages 02

10 Mars 2016 , Rédigé par loipri

Liste des pays du monde (suite)

N° 27 (2010 01) : LC La Havane 
Drapeau : Cuba Cuba (28è pays)
N° 28 (2010 05) : MC Chalcidique 
Drapeau : Grèce la Grèce (x 2)
N° 29 (2010 11) : LC Le Fil du Mékong 
Drapeau : Laos le Laos (29è pays)
Drapeau : Cambodge le Cambodge (30è pays)
Drapeau : Viêt Nam le Viêt Nam (x 2)
N° 30 (2011 05) : MC Sicile 
Drapeau : Italie l'Italie (31è pays)
N° 31 (2012 02) : LC Québec blanc 
Drapeau : Canada le Canada (32è pays)
N° 32 (2012 05) : MC Les Balkans 
Drapeau : Bulgarie la Bulgarie (33è pays)
N° 33 (2012 09) : WE Milan 
Drapeau : Italie l'Italie (x 2)
N° 34 (2012 11) : LC Bali - Singapour 
Drapeau : Indonésie l'Indonésie (x 2)
Drapeau : Singapour Singapour (x 2)
N° 35 (2013 04) : WE Madrid  
Drapeau : Espagne l'Espagne (x 2)
N° 36 (2013 05) : MC Crête 
Drapeau : Grèce la Grèce (x 3)
N° 37 (2013 11) : LC Île Maurice 
Drapeau : Maurice Maurice (x 2)
N° 38 (2014 05) : MC Turquie Méditerranéenne 
Drapeau : Turquie la Turquie (x 2)
N° 39 (2014 10) : LC  New-York 
Drapeau : États-Unis les États-Unis  (x 4)
N° 40 (2015 05) : MC Grande Canarie  
Drapeau : Espagne l'Espagne (x 3)
N° 41 (2015 09) : WE Londres 
Drapeau : Royaume-Uni le Royaume-Uni (x2)
N° 42 (2015 11) : LC Pékin - Hong-Kong - Macao 
Drapeau : République populaire de Chine la Chine (34è pays)

N° 43 (2016 05) : MC Rhodes 

Drapeau : Grèce la Grèce (x4)

N° 44 (2016 11) : LC Yucatan

Drapeau : Mexique le Mexique (35è pays)

Lire la suite

Origines bouts de branches

16 Octobre 2015 , Rédigé par loipri

Ascendants d'Anaïs Marie Louise PRIOU

Jusqu'à la 5e génération.

                   +-- Mathurin Ier Joseph "Joseph" PRIOU1845-1936

portrait (LA CHAPELLE BASSE MER 44) ca 1485-

portrait (SAINT JULIEN de CONCELLES 44) ca 1500-

portrait (MAUVES SUR LOIRE 44) ca 1525-

portrait (BASSE GOULAINE 44) ca 1560-

portrait (HAUTE GOULAINE 44) ca 1580-

portrait (LA CHAPELLE-SAINT-FLORENT 49) C2 ca 1585-

portrait (BOUZILLÉ 49) C2 ca 1585-

portrait (NANTES SAINT JACQUES 44) ca 1585-

portrait (VERTOU 44) ca 1590-

portrait (SAINT PIERRE MONTLIMART 49) C2 ca 1605-

portrait (LIRÉ 49) C2 ca 1610-

portrait (LE FUILET 49) C2 ca 1610-

portrait (LE LOROUX BOTTEREAU 44) ca 1650-

(LA CHAPELLE BASSE MER 44) ca 1480-

(LA CHAPELLE BASSE MER 44) ca 1505-

 

              +-- Pierre Marie Louis PRIOU1884-1957


              |    +-- Marie-Anne MOREAU 1852-1904

(MONNIERES 44) ca 1510-

(LE PUISET DORE 49) C2 ca 1515-

(SAINT CHRISTOPHE du BOIS 49) C2 ca 1520-

(LE FIEF-SAUVIN 49) C2 ca 1525-

(SAINTE LUCE SUR LOIRE 44) ca 1540-

(LA HAIE FOUASSIERE 44) ca 1545-

(HAUTE GOULAINE 44) ca 1550-

(LA RENAUDIERE 49) C2 ca 1555-

(THOUARÉ SUR LOIRE 44) ca 1560-

(MAUVES SUR LOIRE 44) ca 1570-

(LA CHAPELLE HEULIN 44) ca 1570-

(GORGES 44) ca 1595-

(VERTOU 44) ca 1595-

(THOUARÉ SUR LOIRE 44) ca 1620-

(MOUZILLON 44) ca 1625-

(LE LONGERON 49) ca 1520-

(SAINT SÉBASTIEN SUR LOIRE 44) ca 1580-

(BASSE GOULAINE 44) ca 1590-

(HAUTE GOULAINE 44) ca 1590-

(LA CHAPELLE BASSE MER 44) ca 1505-