Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de loipri

Ascendants (7è génération) de François de Montmorency (Le Jeune)

24 Août 2010 , Rédigé par loipri Publié dans #Base Roglo

Ascendants de François de Montmorency (Le Jeune)

<< ^^

Total: 52 personnes

Lire la suite

Répartition géographique Base généalogique Loic15

22 Août 2010 , Rédigé par loipri Publié dans #Géographie

  Liste des communes les plus représentées selon la carte de répartition géographique affichée.

 

1 . Montbert,44140 (France), 258 individus
2 . Le Bignon,44140 (France), 228 individus
3 . Vieillevigne,44116 (France), 199 individus
4 . Vertou,44120 (France), 173 individus
5 . Boufféré,85600 (France), 138 individus
6 . Haute-Goulaine,44115 (France), 131 individus
7 . Saint-Philbert-de-Bouaine,85660 (France), 105 individus
8 . Pont-Saint-Martin,44860 (France), 92 individus
9 . Plougonver,22810 (France), 90 individus
10 . Saint-Julien-de-Concelles,44450 (France), 69 individus
 

 

Lire la suite

Portraits des Ancêtres de François le jeune de Montmorency 01 (A à C)

22 Août 2010 , Rédigé par loipri Publié dans #Galerie de Portraits

Aaron des Lévites -1340
Abeshura Arsacid 268 292
Abraham de la Génèse 002 -1700
Absalom de la Génése -1010
Achille de Troie
adelaide de Bourgogne 931 999
adelaide de Savoie 1100 1154
adelaide Wettin +1071
adele de Champagne 1140 1206
Adélaïde d'Aquitaine 945 1004
Adélaïde de Frioul 855 901
aethelwulf d'Angleterre 795 858 002
Agar concubine d'Abraham -1520
Agnès de Franconie 1073 1143
Agrippine la Jeune de Rome 15 59
Ahmosis Ier d'Egypte -1570 -1497 002
Ahmès d'Egypte -1535
Ahmès Néfertari Ière -1575
Ahmès-Méritamon d'Egypte -1550
Aimery de Loudun 995
alain de Beaufort
Alain Ier le Grand de Vannes 860 907
Alaric Ier de Wisigothie 345 410 002
alarico de wisigothie 458 507
alexios Ier Komnenos 1048 1118 002
alfonso IX de Castille 1171 1230
alfred d'Angleterre 849 899
alienor d'Aquitaine 1122 1204 003
alienor Plantagenêt 1162 1214 002
alix de Clermont 1275 1330
Alix de Thouars 1201 1221 002
Alphonse Ier du Portugal 1109 1185
Amaury de Montfort 1192 1241
Amaury Ier de Jérusalem 1136 1174
amedee II de Savoie 1048 1080
amedee III de Savoie 1095 1148
Amenemhat Ier d'Egypte -1991 -1962
Amenemhat II d'Egypte -1940 -1881
Amenemhat III d Egypte -1860 -1797
Amenhotep Ier -1550 -1506 002
Aménophis II d'Egypte
Aménophis IV d'Egypte + -1331 002
Andromaque de Thèbes -1225
Andromède d'Ethiopie -1210
Ankhesenamon d'Egypte -1356
anne de Kiev 1024 1075
Anséric de Montréal 1120 1174
Antef V d Egypte
Antiochos Ier de Perse -324 -261
Antiope de Thèbes
Antonia Augusta -37
Antonin le Pieux de Rome 86 161
Antée de La Mythologie Grecque
Aphrodite de la Mythologie Grecque
Appolon de la Mythologie Grecque 003
Apriès d'Egypte -606 -590
Ardashir Ier de Perse +241
arnoul de metz 582 641
arnoul Ier de Bavière 850 899 002
Arnould de Frise occidentale 951 993
Arpad de Hongrie 845 907
Arsace Ier de Parthe -270 -217 002
Arsace II de Parthie -250 190
Arsinoe III d'Egypte -244
Artabanus V de Parthie 170
Arès de la Mythologie Grecque
Ashoka de Maurya -273 -232
atanagildo Brunehaut +567
Ataulf de Wisigothie 355 415
Athelred d'Angleterre 837 871 002
Atlas de la Mythologie Grecque
Auguste Arcadius Flavius 383
Azalais de Porcairagues 1155 1209
azzo d'Este 997

Bagrat III Bagratid 975 1014
Bagrat IV Bagratid 1018 1072
balian d'Ibelin 1143 1193 002
Basine de Thuringe 445 491
baudouin Ier de Flandres +879
baudouin II de Réthel 1082 1131
baudouin V de Flandre 1012 1067
Baudouin VI de Hainaut 1171 1205
beatrice de Savoie 1198 1266 002
Begga de Landen 615 594 002
berenguela de barcelone +1149
Berthe de Hollande 1055 1094
Berthe de Souabe 910 966
Berthe des Deux-Bourgognes 964 1031
Bertrade de Laon 720 783
Bethsabée d'Israël -1030
blanca de Navarre +1157 002
blanche de Castille 1188 1252 004
blanche de Champagne 1224 1283
Boleslas Ier le Vaillant 967 1025
Boleslas III Bouche Torse 1085 1138
Boleslav Ier de Bohême 910 973
Booz de la Génèse -1160
Borivoj Ier de Bohême 855 889
Brunehaut de Wisigothie 545 613
Béla Ier Arpad de Hongrie 1016 1063
Bérénice II d'Égypte -267

Callisto de la Mythologie Grecque
Carloman Ier 751 771
Charlemagne 743 814 005
Charles Ier de Montmorency 1307 1381
Charles II le Chauve 823 877 002
charles III le Simple 879 929
charles Martel 688 741
Childebert II 570 595 004
Childeric 1er Merovingien
Chilperic Ier 539 584 002
chindasvinto de balthes 002 562 653
Chlodion le Chevelu 397 448 002
Chlotilde 477 546 002
Chronos de ma Mythologie Grecque
Claude Ier de Rome -10 54 002
clotaire 1er 497 561 003
clotaire II 584 624 005
Clovis Ier 466 511 006
Clovis II Le Faineant 635 657 003
Cléopâtre I Syra d'Egypte -205 -172
Cléopâtre II d'Egypte -185
Conrad Ier de Montferrat 1145 1192
Constance Chlore 240 306 002
constance d'Arles 984 1032
Constance III de Rome 395 421
Constantin Ier de Rome 272 337
Constanza de Castilla 1136 1160
Crispus Flavius Julius 306 326
Cyrus II le Grand de Perse -581 -531
Cécrops Ier d'Athènes
Lire la suite

Portraits des Ancêtres de François le jeune de Montmorency 02 (D à M)

22 Août 2010 , Rédigé par loipri Publié dans #Galerie de Portraits


D afonso Ier de Portugal 1109 1185
D henrique de Bourgogne 1069 1112
D. Mafalda de Savoie 1125 1157
Dag de Mythologie Nordique 410
Dagobert Ier 604 639
Dagobert II Merovingien 652 679
Danaé d'Argos
David Hamelekh -1032 -973
David Ier d'Ecosse 1084 1153
David IV Bagratid 1073 1125
desiderio de Lombardie
Deucalion d'Orchomène
Dobrava de Prague 931 977
Doris de La Mythologie Grecque
duncan Ier d'Angleterre 1001 1040
Déjanire de La Mythologie Grecque
Déméter de Mythologie Grecque
Démétrios de Macédoine -337 -284
Démétrios Ier de Bactriane -200 -171

edgar d'Angleterre 943 975
Edith of England +947
Edmond II d'Angleterre 993 1016
edmund Ier d'Angleterre 921 946 002
edward Ier d'Angleterre 871 924 002
egbert d'Angleterre 770 839 002
egica Ier de coimbra 620 702 002
eirene Arpad 1090 1143
Eléonore de Provence 1223 1291
Emma de Normandie 976 1052
Endymion de La Mythologie Grecque
Ermengarde d'Anjou 1068 1146
ermessindis de Carcassonne 975 1057
ervigio Ier Balthe +687
Ethelred_II_d'Angleterre 943 975
etienne de Blois 1097 1154
Étienne II de Blois 1046 1102
Etienne de Hongrie 975 1038
Eudes III de Bourgogne 1166 1218
Eudoxia Augusta de Rome 405 460 002
Eudoxie Makrembolitissa 1025 1096
Euric Ier de Wisgothie 420 484
Europe de Phénicie 002
Eustache II de Boulogne 1020 1087
eustache III de Boulogne 1058 1125

Faustine la Jeune de Rome 129 175
fernan Ier de Castille +970 002
fernando II de Castille 1135 1188
Flavia Maxima Fausta 289 336
Foulque V d'Anjou 1092 1143
foulques III d'Anjou 965 1040
Francon de Villeneuve 785 878
Freyr de Mythologie Nordique 190
froila Orseolo 1000 1053
Frénégonde de Cambrai 545 597 002

Gaius Octavius de rome -100 -59
Galla Placidia de Rome 389 450
Galswinthe de Wisigothie 540 568
Gaucher III de Châtillon 1310
Gaucher V de Châtillon 1255 1329 003
Gauthier Ier de Villebéon 1130 1205
Gaïa de Mythologie Grecque
Geoffroi de Villehardouin 1145 1213
geoffroi Plantagenêt 1113 1151
Geoffroy II Plantâgenet 1158 1186
geoffroy III de Châteaudun 1175 1218
Georgios Bagratid 990 1027
gislebert de Lorraine 890 939
godefroi Ier de Brabant 1053 1139
Gorm III du Danemark
Gradlon de Cornouaille 385 437
guigonne de Salins +1470
Guillaume de Bellême 995 1052
guillaume de Gellone 751 812
Guillaume IX de Poitiers 1071 1127
Guillaume VIII de Poitiers 1027 1086
guy de Dampierre 1225 1303
Guy de Lévis 1245 1299 002
Guy de Ponthieu 1035 1100
Géza de Hongrie o 945 997

Harald Ier de Norvège 854 931
Harald Ier du Danemark + 986
Hatchepsout d'Egypte -1457
Havoise de Normandie 981 1034
Hector de Troie 002
Helios de la Mythologie Grecque
Henri Ier de Brabant 1160 1235
henri Ier de Champagne 1126 1181
Henri Ier l'Oiseleur de Saxe 876 936
henri II de Bavière 948 995
Henri II de Champagne 1166 1197
henri II Plantagenêt 1133 1189
henri III d'Avaugour +1301
Henri III de Franconie 1017 1056
henri IV de Franconie 1050 1106
Henri V de Franconie 1086 1125
Henri V de Luxembourg 1217 1281 002
henry III Plantagenet 1207 1272 002
Heracles de Thebes
Heraios des Kouchans +30
Hermès de Mythologie Grecque
Hilduin II 951
hugues Capet de Vermandois 1057 1102
Hugues Ier Capet 939
hugues V de Châteaudun
Humbert de La Tour du Pin 1235 1307
humbert Ier de savoie 980 1048
Hélios de Mythologie Grecque
Héra de Mythologie Grecque

Iahhotep Ière d'Egypte -1595
igor de Kiev 875 945
Inigo II de Pampelune 771 851
Io de la Mythologie Grecque
ioannes II Komnenos 1087 1143
Isaac d'Agade -1490
isaac d'Armenie 361 438
isaakios II Angelos 1156 1204 002
isabelle d'Angoulême 1186 1246
isabelle de hainaut 1170 1190
Isabelle Ire de Jérusalem 1169 1205

Jacob de Goshen -1650
jaroslaw de Kiev 980 1054 002
jean Ier de Brienne 1148 1237
jean II de Dreux 1240 1305
Jimena Dias de Asturias 1058 1120
john Ier Plantagenêt 1166 1216
Joseph d'Arimathée -55 -30
Juda et Tamar -1430
Judith de Bavière 805 843
Jules Cesar -100 -44 002
Justin II de Rome 520 578

Kanishka Ier des Kouchans 127 147
Kenneth Ier d'Ecosse 810 858
kenneth II d'Ecosse +995
kiya d'Egypte -1365

Ladislas Ier Arpad 1040 1095
Ladislas Ier Herman 1042 1102
Ladislas II le Banni 1105 1159
leo VI de Constantinople 866 912
Leopold III der Heilige 1073 1136
Livie de Rome -68 -29
lothaire Ier 795 855
Louis II Le Begue 846 879 002
louis II Le Germanique 806 876
Louis IV d'Outremer 918 954 002
Louis V Le Faineant 967 987 005
Louis VI le Gros 1081 1137 007
Louis VII le Jeune 1119 1180 008
Louis VIII le Lion 1187 1226 005
Ludmila de Bohême 860
Léda de Pleuron
Léon V l'Arménien de Byzance 775 820
Léopold de Babenberg 928 994
Léovigild de Wisigothie + 586

Malcolm Ier d'Ecosse +954
malcolm II d'Ecosse 954 1034
malcolm III d'Angleterre 1031 1093
Marc Antoine -83 -31 002
Marc Aurèle de Rome 121 180
Marcus Vispanius Agrippa -63 -12 004
Marguerite d'Ecosse 1045 1093
Marguerite de Dampierre 1300
marguerite de Hainaut 1202 1280
marie Capet de France 1145 1198
Marie de Montferrat 1192 1212
mathilde de Boulogne 1104 1152 002
mathilde de Flandres 1031 1083
mathilde de Normandie 1102 1167 002
Mathilde de Ringelheim 890 968
Maud of Scotland 1080 1118
Maïa de La Mythologie Grecque
Messaline de Rome 25 48 002
Mieszko Ier de Pologne 935 992
Mieszko II de Pologne 990 1034
Mirian III Chosroid 265 361
Morgane de Bretagne
Moutemouia de Mitanni -1440
Méduse de La Mythologie Grecque
Mélisende de Jérusalem 1101 1161
Mérovée II 411 457 002
Mérytaton d'Egypte -1360
Lire la suite

Portraits des Ancêtres de François le jeune de Montmorency 03 (N à Z)

22 Août 2010 , Rédigé par loipri Publié dans #Galerie de Portraits


Nana de Pontus 270
Nanthilde 610 642 002
Neferoure d'Egypte -1480 002
nefertiti épouse d'Akhenaton 0003
Nekao II d'Egypte -664 -595
nicolas Ier d'Estouteville 002
nicolas Rolin 1375 1461
Njörd de Mythologie Nordique 160
Nominoë de Poher 775 851
Nott de Mythologie Nordique 390
Noé de la Génèse 003
Nyx de Mythologie Grecque
Néoptolème d'Epire (Pyrrhus)
Nérée de La Mythologie Grecque

Océan et Thétys Mythologie Grecque
oddon de Savoie 1023 1057
Odoacre Ier des Hérules 435
Odon de Bayeux 1030 1097
olga de Kiev +969 002
Onan de Mésopotamie -1425
ordono de asturias +866 002
ordono II de Leon +924 002
ordono II de Leon +924 003
ordono III de Leon +956 002
Othon III de Trazegnies 1198 1241
oto Orseolo 985 1031
Otton Ier de Saxe 851 912
otton Ier de Saxe 912 973
otton II le Roux de Saxe 955 983
Ouranos de Mythologie Grecque

Pepin III le Bref 715 768 002
Persée de Thèbes
petronilla d'Aragon 1136 1164
Pharamond de Francie 370 428 002
Philippe Ier Capet 1060 1118 002
Philippe II de Macédoine -383 -337
Phoebé de La Mythologie Grecque
Phraates IV de Parthie -55 2
Pierre Ier de Courtenay 1126 1183
pierre Ier de Savoie 1050 1078
pierre II de Savoie 1203 1268
pietro Ier Candiano +887
pietro Ier Orseolo 928 988
pietro II Candiano +939
pietro II Orseolo 961 1008
pietro III Candiano +979
Prométhée de la Mythologie Grecque
Protéos d'Argos -1220
Psammétique Ier d'Egypte -689 -614
Psammétique II d'Egypte -634 -589
Ptolémée Ier d'Egypte -367 -283
Ptolémée II d'Egypte -309 -246 002
Ptolémée III d'Egypte -277 -221 002
Ptolémée IV d'Egypte -244 -203 002
Ptolémée V d'Egypte -209 -180
Ptolémée VIII d'Egypte -182 -116
Pélage le Conquérent +737
Pélops d'Argos
Pélée de Thessalie
Pépin Ier 580 639
Péronelle de Villiers 1330 1415
Pétrone Maxime de rome 396 455

Rachel épouse de Jacob -1450 -1415
Radegonde de Thuringe 520 587 004
Raimond IV de Toulouse 1042 1105
Ramire Ier d'Aragon 1000 1063
Ramire II de Leon 900 951 002
Raoul Ier de Coucy 1135 1191
raoul VIII de Beaumont au Maine
raymond de Bourgogne 1059 1107
Raymond Trencavel 1098 1167
Raymond VI de Toulouse 1156 1222
recaredo balthes +601 002
Reine de Saba -980
Rhéa de la Mythologie Grecque 002
richeza von Sualafeld
Robert de Mortain 1040 1090
Robert Ier d'Artois 1216 1250. 002
Robert II d'Artois 1250 1302
robert II de Dreux 1154 1218 002
Rodolphe de Rheinfelden 1025 1080
rodrigo Ier Balthes +711
Romain IV de Byzance 1032 1071
ruben I d'Arménie 1020 1095
rurik de Novgorod +879
Ruth de la Génèse -1150

Sainte bathilde 626 680
Salomon d Israel -848 -796
Salomon III de Poher 810 874
Samuel Ier de Bulgarie 960 1014
Sanche Ier d'aragon 1042 1094 002
sancho III de Castille 1134 1158 002
Satamon d'Egypte -1370
Sciron de Sparte
Sesostris II d'Egypte -1910
Shapur Ier de Perse +272
Sigebert Ier Merovingien 535 575 002
Sigebert III 630 656
simon IV de Montfort 1165 1218
Sobekhotep IV d'Egypte -1785 002
Sobekhotep V d'Egypte -1750 002
swjatoslaw de Kiev 941 972
Séleucos Ier de Perse -359 -281
Séléné de La Mythologie Grecque
Sémélé de Thèbes

Taa II d'Egypte -1595 003
tancrede de Hauteville 970 1041
teodorico d'Ostrogothie +526 002
tereza de Castille 1080 1130
Thamar de la Génèse -1420
Theodora de Rome 265
Theodose Ier 347 395 002
theophanu Skleros 956 991
Thibaud IV de Champagne 1201 1253
Thibaut Ier de Navarre 1201 1253
Thierry Ier de Lorraine 965 1026
Thierry II 587 613
Thierry III de Lorraine 1100 1168
Thierry III de Neustrie 654 691 005
thomas Ier de Savoie 1177 1233
Thoumosis IV d'Egypte +-1387
Thoutmosis III d'Egypte -1485 -1424
Thémis de La Mythologie Grecque
Théodose II FLAVIUS 401 450
Tibère de Rome -42 37 002
Tibère II de Rome 540 582
Tigrane II d'Arménie -140 -55
Tiridate III d'Arménie 250 330
Titus Flavius Sabinus Vespasien 9 79
Tiyi d'Egypte -1395 003
Tétishéri d'Egypte -1615 002

urraca de Castille 1081 1126
Ursinius de Chapteuil 260

Vakhtang Ier Gorgasali 445 522
Valentinien Ier de Rome 321 375
Valentinien III de Rome 419 455
Vespasien de Rome 9 79
Vima taktu des Kouchans +105
vimara peres de Austrias +873 002
vitale Candiano +979
Vologases Ier de Parthie 25 79
Vologases IV de Parthie 115 191
Vologases V de Parthie 145 207
Vonones II -5 51

Widukind de Saxe 755 810
wladimir de Kiev 958 1015 002

Xerxes Ier de Perse -519 -465

yolande de Bar +1410 002
Youia d'Egypte -1415

Zeus de la Mythologie Grecque
Zoé carbonopsiona 880
 
Lire la suite

Portraits des premiers Ancêtres de François de Montmorency

18 Août 2010 , Rédigé par loipri Publié dans #Galerie de Portraits

Ascendants de François de Montmorency (Le Jeune)

<< ^^

Jusqu'à la 7e génération.

                             +-- Jacques, seigneur de Montmorency ca 1370-1414
                        +-- Jean II, seigneur de Montmorency 1404-1477
                        |    +-- Philippine de Melun, dame de Croisilles +1421
                   +-- Louis de Montmorency, seigneur de Fosseux +1490
                   |    |    +-- Jean de Fosseux, seigneur de Wimes
                   |    +-- Jeanne, dame de Fosseux +1431
                   |         +-- Jeanne de Preure
              +-- Roland de Montmorency, seigneur de Fosseux +ca 1506
              |    |         +-- Alard, seigneur de Wastines
              |    |    +-- Jean, seigneur de Wastines
              |    |    |    +-- Florence de Lens d'Auvaing 1340-1424
              |    +-- Marguerite de Wastines +1490
              |         |    +-- Jean de Blondel, seigneur de Longvilliers +1415
              |         +-- Marguerite Blondel de Joigny
              |              +-- Marie, dame du Quesnoy
         +-- Claude de Montmorency, baron de Fosseux +1546
         |    |              +-- Guillaume d'Orgemont, seigneur de Méry ca 1350-1422
         |    |         +-- Philippe d'Orgemont, seigneur de Méry ca 1385-1446
         |    |         |    +-- Marguerite de Sainte-Maure
         |    |    +-- Charles d'Orgemont, seigneur de Méry +1511
         |    |    |    |    +-- Arnoul Boucher, seigneur de Piscop +1408
         |    |    |    +-- Marie Boucher, dame de Champs-sur-Marne
         |    |    |         +-- Jeanne Gentien, dame de Piscop 1365-1447
         |    +-- Louise d'Orgemont, dame de Champs-sur-Marne +1529/
         |         |         +-- Jacques Dauvet, seigneur de La Bourgonière +
         |         |    +-- Jean Dauvet, seigneur de Clagny +1471
         |         |    |    +-- Yolande de Villeprouvée
         |         +-- Jeanne Dauvet
         |              |    +-- Bureau Boudrac, seigneur de Clagny +1431
         |              +-- Jeanne Boudrac, dame de Clagny +1460
         |                   +-- Ode de Vitry +1484
    +-- Pierre de Montmorency, baron de Fosseux ca 1535-/1586
    |    |                   +-- Pierre d'Aumont +1413
    |    |              +-- Jean d'Aumont, seigneur de Chappes +1415
    |    |              |    +-- Jeanne de Mello, dame de Cléry +1408
    |    |         +-- Jacques d'Aumont, seigneur de Chappes +1470/1479
    |    |         |    |    +-- Jean, seigneur de Châteauvillain +1419
    |    |         |    +-- Yolande de Châteauvillain
    |    |         |         +-- Jeanne de Grancey, dame de Louvois +ca 1423
    |    |    +-- Ferry d'Aumont +1526
    |    |    |    |         +-- Jean d'Estrabonne +/1417
    |    |    |    |    +-- Guillaume, seigneur d'Estrabonne +/1469
    |    |    |    |    |    +-- Jeanne de Sainte-Croix
    |    |    |    +-- Catherine d'Estrabonne
    |    |    |         |    +-- Guy de Rougemont +1420/
    |    |    |         +-- Marguerite de Rougemont
    |    |    |              +-- Jeanne de Montagu +1426
    |    +-- Anne, dame d'Aumont +1559
    |         |              +-- Charles de Ferrières 1388
    |         |         +-- Jean de Ferrières, baron de Dangu +1464
    |         |         |    +-- Jeanne du Neubourg, dame de Livarot
    |         |    +-- Guillaume de Ferrières, seigneur de Dangu +1500
    |         |    |    |    +-- Jean de Tilly, baron de Ferrières
    |         |    |    +-- Jeanne de Tilly, dame de la Rivière-Thibouville +1495
    |         |    |         +-- Jeanne de Thibouville
    |         +-- Françoise de Ferrières
    |              |         +-- Nn Pannier
    |              |    +-- Jacques de Fayel +1479
    |              |    |    +-- Marie, dame de Fayel
    |              +-- Jacqueline de Fayel, vicomtesse de Breteuil
    |                   +-- x x
-- François de Montmorency, baron de Fosseux ca 1570-1624
    |                        +-- Juhel d'Avaugour, seigneur du Parc
    |                   +-- Louis d'Avaugour, seigneur de Courtalain +1445
    |                   |    +-- Eléonore des Vaux
    |              +-- Guillaume d'Avaugour, seigneur de Courtalain +ca 1498
    |              |    |    +-- Martin de Rouvray, seigneur de Courtalain +1397/1410
    |              |    +-- Catherine de Rouvray
    |              |         +-- Marguerite de Taillecourt +1421
    |         +-- Pierre d'Avaugour, seigneur de Courtalain ca 1465-1507
    |         |    |         +-- Huet de Baïf
    |         |    |    +-- Antoine, seigneur de Baif
    |         |    |    |    +-- Agnes Pointelle
    |         |    +-- Perrette de Baïf +1503
    |         |         +-- Isabelle de Mangé
    |    +-- Jacques d'Avaugour, seigneur de Courtalain +1515/
    |    |    |         +-- Philippe de Saint Pern ca 1410-1455/
    |    |    |    +-- Péan de Saint-Pern ca 1440
    |    |    |    |    +-- Jeanne Guyot ca 1415
    |    |    +-- Mathurine de Saint Pern ca 1470
    |    |         +-- Jeanne Henry ca 1445
    +-- Jacqueline d'Avaugour, dame de Courtalain ca 1535-ca 1599
         |                   +-- Jean de La Baume, comte de Montrevel ca 1360-1435
         |              +-- Pierre de La Baume, seigneur du Mont-Saint-Sorlin +1486
         |              |    +-- Jeanne de La Tour, dame d'Arconciel +1400/
         |         +-- Guy de La Baume, comte de Montrevel +1516
         |         |    |    +-- Humbert de Luyrieu, seigneur de La Cueille
         |         |    +-- Alix de Luyrieu
         |         |         +-- Jeanne de Sassenage
         |    +-- Marc de La Baume, comte de Montrevel ca 1475-1527/
         |    |    |         +-- Mathey de Longwy, seigneur de Rahon +/1420
         |    |    |    +-- Jean de Longwy, seigneur de Givry +1463
         |    |    |    |    +-- Bonne de La Trémoïlle, dame de Givry +1434
         |    |    +-- Jeanne de Longwy
         |    |         |    +-- Jean de Vienne, seigneur de Neublans +/1430
         |    |         +-- Jeanne de Vienne, dame de Pagny +1472
         |    |              +-- Henriette de Grandson
         +-- Catherine de La Baume ca 1510
              |              +-- Bernard de Châteauvillain, seigneur de Grancey +1452
              |         +-- Jean de Châteauvillain, seigneur de Grancey +1497
              |         |    +-- Jeanne de Vé
              |    +-- Jean de Châteauvillain, seigneur de Grancey +1504
              |    |    |    +-- Nicolas Rolin, seigneur d'Aymeries ca 1376-1462
              |    |    +-- Louise Rolin
              |    |         +-- Guigone de Salins 1403-1470
              +-- Anne, dame de Châteauvillain
                   |         +-- Guillaume d'Estouteville, seigneur de Blainville +1449
                   |    +-- Robert d'Estouteville, seigneur de Beynes +1479
                   |    |    +-- Jeanne de Doudeauville, dame de Ponches +1454/
                   +-- Marie d'Estouteville +1490
                        |    +-- Ambroise, seigneur de Loré ca 1394-1446
                        +-- Ambroise de Loré, dame d'Ivry 1425-1466
                             +-- Catherine de Marcilly, dame d'Yvry

 

   

Sosa: 122 Nicolas Rolin, seigneur d'Aymeries ca 1376-1462 image

 

Sosa: 123 Guigone de Salins 1403-1470 image

   

Sosa: 167 Yolande de Bar, dame d'Ancerville +ca 1410  image

 

 

Sosa: 294 Ingerger, seigneur d'Amboise +1373 image

 

Sosa: 701 Jeanne de Châteauvillain, dame de Semur-en-Brionnais (71) +1345/  image

 

Sosa: 748 Gaucher III de Châtillon, comte de Porcéan +1325 image

 

Sosa: 1 026 Guy de Lévis, seigneur de Mirepoix /1264-1299 image

 

Sosa: 1 181 Alix de Clermont, dame de Mondoubleau ca 1275-1330 image

 

Sosa: 1 340 Guy de Dampierre, comte de Flandre 1225-1305 image

 

Sosa: 1 497 Marguerite, dame de Dampierre +1315/  image

 

Sosa: 1 556 Henri, comte d'Avaugour 1247-1301 image

 

Sosa: 2 366 Jean II de Dreux, duc de Bretagne 1240-1305 image

 

Sosa: 2 602 Simon de Semur, seigneur de Luzy (58) 1205/-1246 image

 

Sosa: 2 681 Marguerite II de Hainaut, comtesse de Flandre ca 1202-1280 image

 

Sosa: 2 992 Gaucher V de Châtillon, comte de Porcien ca 1255-1329 image

 

Sosa: 3 698 Amédée V, comte de Savoie ca 1249-1323 image

 

Sosa: 3 966 Philippe de Savoie, prince d'Achaïe 1278-1334 image

 

Sosa: 3 970 Geoffroy, vicomte de Châteaudun 1175-1218 image

 

Sosa: 4 096 Mathieu II le Grand de Montmorency 1174-1230 image

   

Sosa: 4 174 Simon de Montfort, comte de Toulouse 1164/1175-1218  image


Sosa: 4 584 Enguerrand, seigneur de Coucy +ca 1191  image

 

Sosa: 4 732 Jean Ier le Roux de Dreux, duc de Bretagne 1217-1286 image

 

Sosa: 4 733 Blanche de Champagne, infante de Navarre ca 1224-1283 image

 

Sosa: 4 734 Henry III Plantagenêt, king of England 1207-1272 image

 

Sosa: 4 735 Eléonore de Provence 1223-1291 image

 

Sosa: 5 198 Narjot, seigneur de Toucy ca 1130-1192 image

 

Sosa: 5 204 Dalmace de Semur, seigneur de Luzy (58) +1226/image

 

Sosa: 5 354 Thibaud IV le Troubadour de Champagne, rey de Navarra 1201-1253 image

 

Sosa: 5 368 Robert Ier le Bon, comte d'Artois 1216-1250  image

 

Sosa: 5 604 Thomas Ier, comte de Savoie 1178-1233 image 

 

Sosa: 5 772 Guy IV Le Bouteiller de Senlis, seigneur de Luzarches +1204 image

 

Sosa: 6 146 Richard, vicomte de Beaumont-au-Maine +1199/  image

 

Sosa: 6 226 Alain, seigneur de Beaufort image

 

Sosa: 6 228 Jean Ier de Brienne, empereur de Constantinople ca 1148-1237 image

 

Sosa: 7 382 Giraud Adhémar, seigneur de Monteil +ca 1210 image

 

Sosa: 7 934 Humbert de La Tour du Pin, dauphin du Viennois 1235/1240-1307 image

 

Sosa: 7 940 Hugues de Châteaudun image

Lire la suite

Portraits des premiers Ancêtres de Mathieu II le Grand de Montmorency 1174-1230

18 Août 2010 , Rédigé par loipri Publié dans #Galerie de Portraits

Ascendants de Jacques de Montmorency

<< ^^

Jusqu'à la 7e génération.

                             +-- Mathieu II le Grand de Montmorency 1174-1230
                        +-- Bouchard VI, seigneur de Montmorency +1243
                        |    +-- Gertrude de Nesle +1220
                   +-- Mathieu III, seigneur de Montmorency +1270
                   |    |    +-- Guy de Laval ca 1170-ca 1210
                   |    +-- Isabeau de Laval
                   |         +-- Havoise de Craon
              +-- Mathieu IV le Grand, seigneur de Montmorency +1304
              |    |         +-- André de Brienne, seigneur de Rameru ca 1135-1191
              |    |    +-- Érard de Brienne, seigneur de Ramerupt ca 1170-ca 1250
              |    |    |    +-- Adélaïs de Venisy ca 1145-1220/1222
              |    +-- Jeanne de Brienne, dame de Seans-en-Othe
              |         |    +-- Henri II de Champagne, roi de Jérusalem 1166-1197
              |         +-- Philippa de Champagne ca 1196-1250
              |              +-- Isabelle d'Anjou, reine de Jérusalem 1169-1205
         +-- Jean, seigneur de Montmorency +1325
         |    |              +-- Guy de Lévis, seigneur de Mirepoix /1190-1233
         |    |         +-- Guy de Lévis, seigneur de Mirepoix -1247/1261
         |    |         |    +-- Guiburge de Montfort 1165/
         |    |    +-- Guy de Lévis, seigneur de Mirepoix /1264-1299
         |    |    |    |    +-- Pons de Bruyères
         |    |    |    +-- Jeanne de Bruyères
         |    |    |         +-- Agnès de Beaumont-en-Gâtinais
         |    +-- Jeanne de Lévis +
         |         |         +-- Bouchard Ier de Montmorency, seigneur de Marly 1170-1226
         |         |    +-- Bouchard II de Montmorency de Marly +1260/1267
         |         |    |    +-- Mahaut de Poissy
         |         +-- Isabelle de Marly +ca 1300
         |              |    +-- Guillaume, seigneur de Beaumont-en-Gâtinais 1214/
         |              +-- Agnès de Beaumont-en-Gâtinais
         |                   +-- Ne N
    +-- Charles, seigneur de Montmorency 1325-1381
    |    |              +-- Guillaume de Calletot, seigneur de Berneval en Caux +1304
    |    |         +-- Robert de Calletot, seigneur de Berneval en Caux
    |    |         |    +-- x x
    |    |    +-- Guillaume de Calletot, seigneur de Berneval en Caux
    |    |    |    +-- x x
    |    +-- Jeanne de Calletot, dame de Rochefort
    |         |    +-- Guillaume de Houdan
    |         +-- Marguerite de Houdan
    |              +-- x x
-- Jacques, seigneur de Montmorency ca 1370-1414
    |              +-- Jean, seigneur de Villiers +1324/
    |         +-- Adam, seigneur de Villiers +ca 1339
    |         |    +-- Marie de L'Isle
    |    +-- Adam de Villiers, seigneur de Vitry +1365
    |    |    +-- Alix de Cressy +1352
    +-- Perronelle de Villiers, dame de Vitry +/1415
         +-- Alix de Méry

Ascendance de :

Mathieu II le Grand de Montmorency 1174-1230

image

et de (l''arrière Grand-Père de Mathieu II Le Grand de Montmorency) :

Henry I Beauclerc

Sosa: 16 394
King of England (1100-1135), duc de Normandie (1106-1135)
(Henry de Normandie)
(Henry de Brionne)
Robert Ier le Magnifique, duc de Normandie ca 1012-1035
image
  Arlette de Falaise +ca 1050   Baudouin V le Pieux, comte de Flandre ca 1012-1067   Adélaïde (Capétiens), comtesse de Corbie 1009-1079
|   |   | - 1028 - |



 


|   |
William I the Conqueror de Normandie, King of England 1027-1087
image
  Mathilde de Flandre, queen of England ca 1032-1083
image
| - ca 1052 - |



|
Henry I Beauclerc de Normandie, King of England 1068-1135
image

 

 et de (la Grand-Mère de Henri Ier Beauclerc de Normandie ):

Adélaïde (Capétiens)

Sosa: 65 579
comtesse de Corbie
(Alix (Capétiens))
//
Hugues Capet (Capétiens), roi des Francs 939/941-996
image
  Adélaïde, princesse d`Aquitaine 945-1004/1006
image
  Guillaume II le Libérateur de Provence, comte d'Arles ca 950-993
image
  Adélaïde d'Anjou ca 946-1026
| - 965/970 - |   | - ca 983 - |



 


|   |
Robert II le Pieux (Capétiens), roi des Francs 972-1031
image
  Constance d'Arles 984-1032
image
| - ca 1003 - |



|
Adélaïde (Capétiens), comtesse de Corbie 1009-1079
Lire la suite

Liste de généalogies impériales, royales et princières

15 Août 2010 , Rédigé par loipri Publié dans #Noblesse

Liste de généalogies impériales, royales et princières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

(Redirigé depuis Généalogie princière)

Voici une liste de généalogies impériales, royales et princières.

Sommaire

[masquer]

Dynasties chinoises [modifier]

Qing

Empereurs romains [modifier]

Francs [modifier]

Berbères [modifier]

Domaine germanique [modifier]

Domaine bulgare [modifier]

Domaine slave [modifier]

Rois et empereurs de France [modifier]

Rois d'Angleterre et de Grande-Bretagne [modifier]

Souverains hispaniques [modifier]

Souverains italiens [modifier]

Rois de Perse [modifier]

Nota : Rois de Perse avant l'islamisation de la Perse

Dynasties musulmanes [modifier]

Andalousie et Afrique du Nord [modifier]

Égypte [modifier]

Afrique subsaharienne [modifier]

Arabie [modifier]

Anatolie [modifier]

Perse et Asie centrale [modifier]

Inde [modifier]

Asie du Sud-Est [modifier]

Liens de parenté entre princes [modifier]

Voir aussi [modifier]

Articles connexes [modifier]

Liens externes [modifier]

Lire la suite

Hiérarchie nobiliaire française

15 Août 2010 , Rédigé par loipri Publié dans #Noblesse

Hiérarchie nobiliaire française [modifier]

Avant le 1er Empire, il n'existait aucune hiérarchie dans les titres de noblesse à l'exception du titre de duc. La pairie était hiérarchisés par la préséance, c'est-à-dire qu'un comte et pair de France était à la fois au-dessus des autres comtes et des autres membres de la noblesse ne faisant pas partie de la Pairie. Le premier Empire ayant détaché les titres de toute notion de possession fiduciaire, une hiérarchie a été établie (abolie en 1814). Cette distinction a été conservée dans la déclinaison coutumière des titres de courtoisie et dans les ouvrages consacrés à la noblesse française, ainsi que dans le langage courant, bien qu'elle n'ait de valeur que pour les titres impériaux.

La famille royale [modifier]

Jusqu'à l'abolition de la royauté, la famille royale jouissait de son propre système hiérarchique, fondé sur l'ordre de dévolution de la couronne et les règles de protocole à la cour de France. En effet, en plus de ces titulatures d'apparats, un membre de la famille royale était en général pourvu d'un titre appartenant à la couronne, plus ou moins prestigieux selon la façon dont le roi voulait honorer son propriétaire. Ces titulatures d'apparats sont d'un point de vue de la préséance, au-dessus du système nobiliaire d'Ancien Régime.

À la différence des titres de noblesse, ces titulatures n'étaient pas immuables, elles correspondaient à une situation politique ou généalogique. Un changement de dynastie pouvait faire perdre à une famille le droit d'utiliser le titre de prince du sang. Ces titres au contraire des titres de noblesse ont disparu avec la monarchie.

Les titulatures d'apparat par ordre de préséance. Cet ordre de préséance est à rapprocher de l'ordre de succession au trône.

  • Dauphin de France : titre de l'héritier du trône (en principe le fils ainé du roi depuis la loi salique), la femme du Dauphin s'appelle la Dauphine de France et prend le titre dès son mariage avant son couronnement en tant que reine.
  • Monsieur : titulature réservée au frère cadet du roi.
  • Premier prince du Sang : titre des membres de la branche cadette de la famille royale, c'est par exemple le cas des Condé-Bourbon puis des Orléans.
  • Prince du sang : titre de tous les autres membres de la maison royale de France, généralement raccourcie au seul titre de prince (à ne pas confondre avec le titre de prince, voir plus bas).

Tous les porteurs de ces titres avaient le droit au prédicat d'Altesse Royale.

Comme dit plus haut, le roi, ne portant lui même aucun titre de noblesse ne peut en transmettre à ses enfants, mais les règles nobiliaires établies au fil du temps ont donné à la Couronne un droit de récupération des fiefs n'ayant plus d'héritiers. Dans les faits le roi disposait d'un certain nombre de fiefs qu'il pouvait donner en apanage. Voir Maison royale de France.

Plusieurs fiefs (et donc titres) ont régulièrement été utilisés par la famille royale comme distinction de leur rang. Parmi les plus célèbres :

  • Le duché d'Orléans,
  • Le duché d'Enghien,
  • Le comté de Provence,
  • Le comté d'Artois,
  • Le comté de Chambord,
  • Le comté de Valois.

Ces titres ont en général donné lieu à l'appellation des différentes branches de la famille royale (les Bourbon-Valois, ou les Bourbon-Orléans par exemple).

Les titres de noblesse [modifier]

Certaines traditions provinciales on fait varier le nom de certains titres :

  • Dauphin, porté en Viennois et en Auvergne, équivalent au titre de comte.
  • Vidame, porté par les protecteurs de certaines abbayes ou évêchés, équivalent au titre de vicomte.
  • Écuyer, porté avant 1789 par tout gentilhomme (noble) n'ayant jamais été fait chevalier.

Noblesse d'Ancien Régime en France [modifier]

L'histoire des titres de noblesse et l'organisation de la noblesse française est intimement liée à l'histoire du Royaume de France et à son unification. Certains de ces titres prennent leurs origines dans la culture de la Rome Antique (c'est notamment le cas des ducs : dux) ou de l'histoire plus moderne de la France.

L'origine de la noblesse provient de l'organisation de l'Empire romain. Parmi les hommes libres se trouvaient une petite partie de gens plus importants, les proceres ou nobiles. Les chevaliers militaires intégrèrent peu à peu à cette aristocratie riche et obtint, à partir de l'époque carolingienne l'autorité personnelle sur des populations, par délégation du pouvoir impérial puis royal. Les peuples restés indépendants, comme les Bretons eurent à leur tête un chef appelé dux. Les peuples soumis à l'Empire furent gouvernés par des comites, délégués du souverain, les territoires de moindre importance revenant quant à eux à un vicarius.

En 843 l'Empire de Charlemagne est divisé entre ses fils. Ce qui allait devenir le Royaume de France fût nommé Francie Occidentale. Charles le Chauve en devient le souverain. À partir de 877, il rend héréditaire les anciennes charges latines, en particulier celles de comites qui devient alors le comte, s'accordant ainsi sur le fonctionnement féodal des royaumes voisins. Bien que théoriquement au-dessus des autres seigneurs, le roi des Francs a un pouvoir fragile surtout depuis la montée en puissance de la Burgondie. Les seigneurs nouvellement héréditaires commencent à prendre de plus en plus de pouvoir jusqu'à quasiment devenir des souverains sur leur territoire, seuls les ducs auront finalement assez de pouvoir pour s'affranchir en partie de l'autorité du roi qui devra alors faire d'incessantes tractations avec les ducs du royaume pour garder un semblant d'unité. Les comtés et vicomtés deviendront alors l'objet de luttes de pouvoir entre la couronne et les duchés. Certains d'entre eux réussirent par mariage à constituer des territoires aussi vastes et puissant que des duchés et réussirent ainsi à rester relativement indépendants.

L'élection de Hugues Capet en 987 à la tête du royaume franc change en partie la donne. La mort de Louis V sans héritier, oblige que douze principaux seigneurs du royaume organisent l'élection d'un nouveau roi. Ils prendront alors le titre de pairie, et chacun devenant un pair du royaume. L'élection fut pour eux l'occasion d'imposer leur autorité. L'unité qui avait jusqu'ici maintenu l'autorité du roi vola en éclat. Six grands territoires laïcs et six ecclésiastiques sont considérés comme les plus importants et devinrent totalement indépendants de la Couronne, qui se retrouva alors réduite à la seule Île de France.

Ces douze pairs élisaient le roi, ce qu'ils firent sous l'impulsion d'Hugues Capet et de ses successeurs, au cours du XIe siècle, chacun jouant un rôle dans la cérémonie du Sacre. Ces rôles furent conservés, même après le rattachement de leurs fiefs au domaine royal, à partir de 1204 ; un grand seigneur était nommé ad hoc le temps de la cérémonie.

À côté de ces douze pairies, une multitude d'autres seigneuries plus ou moins importantes telles que le vicomté de Bourges, le comté de Forez, le comté d'Artois, ou le comté de Nevers en avaient profité pour prendre leur indépendance de la Couronne ou de leur duché (comme le comté de Nevers).

Hugues Capet commença alors une lente unification des seigneuries du Royaume qui ne s'acheva réellement qu'au XVIIIe siècle.

Origine de quelques titres et dignités en France [modifier]

Les nouvelles pairies [modifier]

La dignité de pair du Royaume est une dignité conférée à certains membres de la noblesse. Elle est forcément attachée à une terre - en général un duché ou un comté, bien qu'il y eut aussi des marquisats et des baronnies-pairies. Cette dignité est attachée à plusieurs honneurs. Le principal étant de participer à l'élection du roi en cas d'absence d'héritier. Mais la pairie était surtout un formidable levier politique puisqu'elle donnait préséance sur tous les autres nobles, y compris les ducs. Les quelques comtes, vicomtes, marquis et barons admis à la pairie était donc d'un point de vue de la préséance au-dessus de tous les autres seigneurs, y compris les ducs qui n'étaient pas présent à la pairie. À côté des douze pairies d'origine, une multitude de seigneuries ont été admises à la pairie ou en ont été exclues au bon vouloir du roi.

La pairie ayant un certain pouvoir, notamment au niveau parlementaire, l'admission d'un membre en son sein était le reflet de la politique royale du moment. A partir de la Restauration, le titre de pair est accordé à toute personne admise à siéger à la Chambre des pairs, à titre personnel ou héréditaire. Victor Hugo fut ainsi vicomte-pair sous Louis-Philippe.

Les premiers marquis [modifier]

Le marquis désigne le propriétaire d'un marquisat, c'est-à-dire d'une seigneurie se trouvant "à la marche" du royaume (autrement dit, aux frontières de celui-ci). En général, il s'agit d'anciens gouvernements militaires, suffisamment inféodés au Royaume pour être transformés en seigneuries. Bien que la notion de « marche » soit très ancienne (la marche de Bretagne au IXe siècle) le titre de marquis en tant que titre de noblesse est très récent et date de la Renaissance. Il désigne auparavant une charge militaire dévolue à un comte inféodé, c'est-à-dire un comte qui avait la possibilité de lever une armée sans autorisation de son suzerain, ceci étant due à la situation particulièrement exposée des territoires. Comme pour le reste des titres de noblesse, celui-ci finira par perdre sa signification historique pour devenir progressivement honorifique. A partir du milieu du XVIe siècle, quelques baronnies sont érigées au rang honorifique de marquisat, phénomène qui s'est accentué au cours des deux siècles suivants, compte tenu d'un prestige nouveau attaché à ce titre. Ainsi les principaux ministres de Louis XIV et de Louis XV virent leurs terres devenir des marquisats. Au XVIIIe se développe cependant l'usage de titres de marquis de courtoisie, parfois héréditaires, portés impunément par des nobles possédant de simples baronnies voire seulement des seigneuries non titrés par lettres patentes enregistrées en parlement. Certains de ces titres authentiques comme de courtoisie sont encore aujourd'hui portés. L'usage étant que seul l'aîné des descendants mâles du premier bénéficiaire peut porter le titre, de même que pour les duchés.

Les premiers vicomtes [modifier]

Contrairement à une idée reçue, le vicomte n'est pas un vice-comte, mais celui qui, à partir du Bas-Empire, exerce la charge de vicarius (vicaire), c'est-à-dire la fonction judiciaire dans une circonscription territoriale qui est devenue soit une vicomté et un vicomte lorsque celle-ci est devenue indépendante, soit une viguerie et un viguier lorsqu'elle s'est incorporée à un fief plus important.

Le vicomté représente certes une terre plus petite qu'un comté (comme un comté, une terre souvent plus petite qu'un duché) mais cela tient simplement à l'histoire des terres. Bien évidemment, un vicarius dirigeait un territoire moins important qu'un comes qui, lui-même, dirigeait un territoire moins important qu'un dux. Lors de leur prise d'indépendance de Rome, ils conservèrent les territoires dont ils avaient la charge, d'où historiquement une taille et une importance (toute relative cependant) différente pour les duchés, comtés et vicomtés de l'époque carolingienne.

Les premiers barons [modifier]

Les rois capétiens n'eurent de cesse de tenter d'agrandir le domaine royal par achat ou par conquêtes successives, et ramenèrent ainsi dans leur giron des duchés, comtés et vicomtés jusque-là indépendants. Néanmoins, cet agrandissement du domaine royal obligea les rois capétiens à déléguer leur autorité : c'est ainsi qu'ils créèrent les baronnies, c'est-à-dire des fiefs directement issus de la Couronne et donnés en apanage aux plus fidèles seigneurs du roi. Ces barons avaient toute autorité sur leur fief, ils avaient également pour clientèle les autres seigneurs du royaume (à savoir les écuyers et les chevaliers) dont ils se servaient pour l'administration locale. Les écuyers et chevaliers deviendront bien vite, en tant que petits seigneurs locaux, les fondateurs des paroisses et les initiateurs des défrichements, avec les grandes abbayes.

Une frénésie de conquêtes eut lieu dans toute l'ancienne Francie occidentale, Les seigneurs indépendants (principalement les six pairs laïques d'origine) tout comme le roi voulaient consolider leurs territoires. C'est ainsi qu'avec l'expansion de leur territoires, mais également pour affirmer leur indépendance de la couronne, les seigneurs commencèrent à imiter le roi et à diviser leur seigneurie en baronnie.

Le comté de Nevers comptait par exemple 5 baronnies, dont chacune avait une charge particulière dans l'administration du comté.

Le titre de prince [modifier]

En dehors des membres de la famille royale, il ne peut y avoir de prince dans le royaume de France à moins que la principauté soit hors du domaine royal. Il en est ainsi de quelques francs alleux telles la principauté d'Yvetot (Seine-Maritime), la principauté d'Henrichemont (Cher) ou la principauté d'Orange, composée quasi exclusivement de la ville d'Orange dans le Vaucluse et enclavée dans le comté de Provence (fief royal et apanage de la famille royale). Cette principauté souveraine a donné naissance à la famille d'Orange-Nassau, qui règne actuellement sur les Pays-Bas (le titre de prince d'Orange est revendiqué par l'héritier du trône), tandis que le titre français de prince d'Orange a été donné par Louis XIV au marquis de Mailly-Nesle (encore porté aujourd'hui). Dans le cas de la principauté d'Orange, le comté d'Orange dont la principauté est issue était une possession bourguignonne (alors partie du Saint Empire), ce qui explique que ce comté ait pu être érigé en principauté.

La plupart de ces principautés étaient à l'origine souveraines. Lors de certaines conquêtes, il pouvait arriver que les princes arrivent à la Cour de France, ils prenaient bien sûr préséance après les membres de la famille royale et les ducs. En effet le plus haut des titres de noblesse en France est celui de duc (la famille royale ayant un statut encore supérieur). La distinction avec la famille royale se faisait par le prédicat : altesse royale pour les membres de la famille royale, altesse sérénissime pour les autres princes.

Les vidames [modifier]

Le titre de vidame est un titre de noblesse très rare désignant celui qui conduisait l'armée d'un évêché titré. Ce titre correspondait pour les seigneurs laïcs à celui de vicomte.

L'usage des titres honorifiques et de courtoisie [modifier]

Du passage de la charge à l'honorifique [modifier]

Avec l'unification définitive du royaume au XVIe siècle et la disparition quasi totale des duchés et comtés indépendants (sauf la Bourgogne, le Maine, l'Anjou, la Picardie et la Provence qui seront incorporés au royaume au XVIIe siècle), le roi prend la tête du système féodal et devient le suzerain suprême du royaume. Tous les autres seigneurs, ducs compris, deviennent ses vassaux. Ils lui doivent dès lors fidélité et font vœu d'allégeance. Les barons perdent leurs spécificités de premiers vassaux pour devenir de simples seigneurs dans un système qui se complexifie.

Les titres de noblesses commencent donc à perdre leur lien avec les charges qui y étaient précédemment attribuées, et deviennent des faveurs accordées par le Roi. Ce dernier commencera également à retirer aux seigneurs leur droit régalien de justice pour le confier petit à petit aux baillis (seigneurs possédant une charge de justice), faisant en sorte de débarrasser les seigneurs de leurs pouvoirs pour le transférer à la Couronne.

La France, alors unifiée en un seul royaume, se compose de multiples seigneuries, titrées ou non, qui, n'étant plus liées à des charges, deviennent des propriétés foncières qui peuvent se vendre. C'est ainsi qu'apparaît l'habitude pour les familles nobles de propriétés titrées de prendre le titre de ladite terre.

Le roi se met alors à user des titres pour accorder ses faveurs. Le cas le plus notable est celui du comté de Nevers. Comté indépendant, lié par mariages au duché de Bourgogne, ce comté finit par passer dans la famille royale et est alors érigé en duché. Cet érection de comté en duché ne signifie nullement que le comté de Nevers est devenu si puissant qu'il puisse se prétendre indépendant de la couronne ou que le roi décide de donner son indépendance au Nivernais. Il signifie simplement le souhait du roi que le propriétaire du comté ait un titre à la mesure de son rang.

Des titres de baron, de comte et parfois de duc sont alors créés sans aucune réalité historique ou géographique. Ils prennent simplement le nom de la ville d'origine de celui que l'on souhaite honorer, ou tout autre nom qui plait au roi. Parfois même ces seigneuries sont créées sans aucune terre qui lui soit attachée. C'est notamment le cas le plus souvent dans la noblesse de robe, le roi n'ayant pas assez de seigneuries physiques pour honorer ses officiers de la Couronne ; il crée alors de nouvelles seigneuries avec de nouveaux titres.

Rappelons que cet usage n'était pas le fait exclusif du roi de France : avant la réunification du royaume, les seigneurs suzerains avaient déjà la possibilité de créer des seigneuries au sein de leur territoire. Mais la taille restreinte aussi bien de la population noble que des terres rendaient peu utiles la création de nouvelles seigneuries, qui pouvaient, par ailleurs, s'acquérir par des conquêtes.

C'est Henri IV qui, après avoir unifié définitivement le royaume se met à organiser les titres de noblesse, afin que l'érection des terres se fasse de façon plus ou moins cohérente comme l'évolution au sein d'un titre de chevalerie moderne par exemple.

Ainsi une seigneurie peut être érigée en baronnie si elle compte au moins trois châtellenies, et en comté ou un marquisat si elle compte au moins deux baronnies.

Le titre de duc reste alors au bon vouloir du roi, mais aucune seigneurie ne peut être érigée en duché si son propriétaire n'est pas déjà au moins comte.

La notion de seigneurie [modifier]

Jusqu'à l'Empire, les titres ne sont pas personnels et correspondent tous à une seigneurie, quand bien même celle-ci ne s'étendrait que sur quelques hectares. Le suzerain érige la terre en lui donnant un titre. Ainsi le propriétaire de la seigneurie peut ensuite se parer du titre attaché à la seigneurie.

De cela découle deux choses :

  • La perte de la seigneurie (vente, défaite militaire, décès) empêchait l'utilisation du titre.
  • La particule "de" suivi du nom d'une terre n'est pas un signe de noblesse en soi.

En effet, avant la Révolution française, seuls les propriétaires nobles de seigneuries pouvaient utiliser le titre de noblesse attaché à leur seigneurie. Ils étaient donc à la base seigneur (sieur de...) et devenaient barons, vicomtes, comtes, marquis ou ducs au gré de leurs acquisitions seigneuriales et des éventuelles érections de terre. Mais il ne s'agissait que de leur titre et non de leur nom de famille. L'exemple concret le plus typique est celui du roi de France.

Louis XVI, Roi de France et de Navarre est de son « état civil » complet Louis de France, seizième du nom, roi de France et de Navarre. Il sera d'ailleurs appelé à son procès, par dérision, citoyen « Capet » (les Bourbons étant une dynastie des Capétiens) puisque la révolution aura aboli l'utilisation des titres de noblesse.

Ainsi, bon nombre de familles nobles ne portent pas de particule et le port d'une particule ne préjuge pas de la noblesse. Des bourgeois pouvaient également faire l'acquisition de seigneuries. En théorie, le droit nobiliaire leur interdisait d'utiliser le titre de la terre dont ils étaient propriétaires. Cependant, le peu de contrôle et de moyens, et la possession parfois ancienne de ces terres rendaient difficile l'identification de ces usurpateurs, qui parfois finissaient par être anoblis mais pour la plupart ne furent jamais nobles, la seule façon de savoir s'ils furent nobles est de se référer aux nobiliaires. Néanmoins la convocation des États généraux et l'organisation de la collecte des impôts (les nobles ne payant pas l'impôt, il fallait identifier les nobles du reste de la population afin de pouvoir percevoir le maximum d'impôt) firent disparaitre ces usurpateurs qui avaient prospéré par le passé. Rappelons à toutes fins utiles que le délit d'usurpation de titres authentiques est toujours puni par le Code pénal[réf. nécessaire] français date du Moyen Âge, car il est considéré comme faisant partie du nom patronymique. En revanche, la loi ne protège pas les « titres de courtoisie » ni les faux titres.

La préséance des ducs [modifier]

Malgré l'absence de hiérarchie au sein de la noblesse d'Ancien Régime, un cas particulier se pose, comme souvent d'ailleurs dans les affaires de préséance, dans le cas des ducs. Ceux-ci étaient au-dessus de tout autre noble du royaume en termes de préséance, les princes du sang mis à part. Cette spécificité vient du fait que la plupart des duchés sont d'origine médiévale, et sont d'anciens territoires indépendants. Il était donc difficile au roi d'inféoder ces seigneurs ayant les mêmes pouvoirs qu'un prince sans leur conférer une préséance. De plus, la plupart des membres de la famille royale portaient des titres ducaux ; cela a permis au titre de duc de prendre préséance sur les autres titres.

La disparition du titre de seigneur [modifier]

Avec la disparition de la notion de chevalerie à la fin du Moyen Âge, et la transformation de la notion de seigneurie, le titre de Seigneur de ... ou de Sieur de ... commença à tomber en désuétude, et on lui préféra vite le titre d'origine anglo-saxonne de chevalier, qui ne désignait alors plus un noble ayant été adoubé et servant dans l'armée, mais un noble sans titre.

Noblesse d'Empire français [modifier]

La Révolution française abolit le régime féodal et donc, de facto, les titres de noblesse de l'Ancien Régime. Napoléon Ier réintroduisit les titres en France (sans réintroduire la noblesse), qui furent codifiés par les statuts du 1er mars 1808. Les titres étaient personnels, c'est-à-dire attachés à la personne et à sa descendance, mais pour les rendre héréditaires, il fallait constituer un majorat avec des revenus assurés aux éventuels héritiers. À la différence de l'Ancien Régime, ces personnes titrées ne jouissaient pas de privilège et les titres n'étaient plus qu'une distinction.

Détachés du lien à la terre, les titres d'Empire peuvent donc être accolés directement au patronyme sans particule : Baron Mourre, Baron Surcouf, Comte Hugo...

Les titres de "marquis" et "vicomte" n'ont pas été retenus par Napoléon qui leur trouvait une connotation trop "Ancien Régime".

La Restauration réintroduisit en France la noblesse tout en gardant la distinction entre noblesse et titres, qui sont restés régis par l’essentiel de la législation napoléonienne. C'est par ailleurs à cette époque que les titres de noblesse prirent une hiérarchie, qu'ils héritèrent du système napoléonien, hiérarchie que l'on emploie aujourd'hui pour lister les titres alors même qu'elle n'avait pas de valeur avant la Révolution.

Titres et République [modifier]

Législation depuis 1848 [modifier]

Lors de la création de l'ordre de la légion d'honneur, il était prévu que les familles qui mériteraient cette distinction pendant trois générations soient considérées comme nobles. Cette disposition, qui n'a jamais été vraiment appliquée, n'a pas non plus été abrogée.

Les titres, abolis par la Révolution de 1848, ont été rétablis par Napoléon III le 24 janvier 1852, mais non les majorats. Les Républiques qui ont suivi la chute du Second Empire, ont protégé les titres existants en continuant à délivrer des arrêtés d'investiture aux successeurs par le service du sceau du ministère de la Justice.

Les autorités de la IIIe république ont sérieusement envisagé de donner au maréchal Joffre le titre de duc de la Marne pour finalement abandonner le projet.

En 1986, les attributions du sceau ont été données au bureau du droit civil général, faisant partie de la sous-direction de la législation civile et de la procédure, direction des affaires civiles et du sceau.

Les titres de noblesse n'ont plus aucun effet juridique en France. Lorsqu'ils se sont transmis selon les usages établis, c'est-à-dire par ligne directe masculine aînée et légitime, ils peuvent être reconnus par le Sceau comme des titres réguliers et figurer à l'état civil.

Les titres de noblesse réguliers sont considérés comme un accessoire du nom et peuvent figurer sur tous les documents administratifs, y compris la carte d'identité.

Le port d'autres titres, dits de courtoisie, est en principe punissable comme un abus, cependant l'usage et la politesse le permettent.

En vertu d'un édit de 1607, les chefs de l'État français, actuellement le Président de la République, portent le titre de co-prince d’Andorre, le mot prince signifiant ici chef d'État.

La collectivité française d'Outre-mer de Wallis-et-Futuna est composée de trois monarchies coutumières : Uvéa, Alo et Sigave, chacune ayant à sa tête un souverain traditionnel élu.

  • Le roi d'Uvéa (à Wallis) porte le titre de Lavelua.
  • Le roi d'Alo (à Futuna) porte le titre de Tuiagaifo.
  • Le roi de Sigave (à Futuna) porte le titre de Tuisigave.

Titres de courtoisie actuels [modifier]

Article détaillé : Titre de courtoisie.

À l'origine, on appelle élégamment "titre de courtoisie" un titre de noblesse, parfois très ancien et toléré à la Cour, mais non reconnu par le Sceau de France. Depuis la fin de la monarchie, bien des titres "de fantaisie" ont cependant été "créés" dans des familles nobles ou roturières, relevés ou patiemment accolés au nom...

Le port des titres de noblesse en France, autorisé par la loi républicaine mais en réalité libre de tout contrôle, dans la mesure où ils ne sont pas disputés, obéit à des règles qui ont évolué avec le temps. Si les titres dont la transmission suit les règles édictées sous l'Ancien Régime sont les seuls portés légalement, les autres sont considérés, quelle que soit leur origine, comme des titres de courtoisie.

Usage de la déclinaison des titres de courtoisie [modifier]

Il faut d'abord savoir qu'il est courant aujourd'hui, dans une noblesse qui ne se renouvelle plus, d'élargir le port du titre à tous les membres masculins de la famille en y ajoutant leur prénom. Ainsi on dira :

  • pour l'aîné, chef de nom et d'armes : le comte de X..., sa femme étant la comtesse de X...
  • pour les autres : comte N... de X..., sa femme étant la comtesse N... de X....

Par révérence envers les titres de duc ou de marquis qui doivent rester uniques, cet usage ne s'applique pas à ces deux titres : les cadets des familles ducales, comme celles dont l'aîné est marquis, déclinent directement leur titre en comte.

  • aîné du titre : N..., duc de Mortemart, les autres : comte N... de Mortemart, sachant que le fils aîné du duc peut prendre le titre de marquis,
  • aîné du titre : N..., marquis de X..., les autres : comte N... de X...

Par ailleurs, en France, l'ancien titre de chevalier étant tombé en désuétude au cours du XIXe siècle, certaines familles se parent désormais du titre de comte ou de baron.

Cet usage, développé récemment, est purement mondain, d'où l'appellation de « courtoisie ». Un usage issu de la hiérarchie nobiliaire de l'Empire et admis à la Restauration, observé encore dans certaines familles, admettait en effet une plus stricte déclinaison des titres : le fils aîné d'un marquis portait le titre de comte, le fils puîné vicomte, le cadet baron, etc. Les branches cadettes, ne portant pas toujours un titre en propre, gardaient alors leur seule qualité de noblesse.

En résumé, le titre porté par l'aîné, s'il est authentique, est en France le seul susceptible d'être reconnu par le ministère de la Justice pour être mentionné à l'état civil.

Le cas des anciens apanages [modifier]

Sont également parfois considérés comme des titres de courtoisie les titres portés par les monarques détrônés et par les prétendants aux trônes. Exemples : « duc d'Anjou » pour Louis de Bourbon (1974-) ou « comte de Paris » pour Henri d'Orléans (1933-). Ces titres ont cependant un fondement juridique certain puisqu'ils ont pour origine d'anciens apanages de la couronne et qu'ils ont été légalement portés, pendant des siècles, par les princes capétiens. Depuis la disparition du port des titres (légalement portés) dans le protocole républicain, sous le septennat de Valéry Giscard d'Estaing, les titres des prétendants à la couronne de France sont d'ailleurs les seuls à être encore admis dans l'enceinte de l'Élysée.

Lire la suite

Anciennes provinces de France

15 Août 2010 , Rédigé par loipri Publié dans #Géographie

Anciennes provinces de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Provinces de France)

En France, sous l'Ancien Régime, les provinces étaient les différentes régions dont été composé le pays, jusqu'à la création des divisions administratives départementales en 1790.

Aujourd'hui, le terme province reste utilisé pour désigner les ensembles géographiques régionaux qui en sont issus, et qui conservent une identité tant culturelles qu'ethnologiques.

Emprunté aux institutions de l'Empire romain, le mot est apparu au XVe siècle et n'a cessé de se diffuser tant dans les actes officiels que dans l'usage populaire ou commun. Quel que soit le siècle ou le dictionnaire consulté, la définition du mot reste souvent floue, en raison de la coexistence de plusieurs systèmes de découpages territoriaux sous l'Ancien Régime. Certains géographes, même parmi les plus célèbres, Onésime Reclus, ont largement critiqué l'idée de provinces et d'identité provinciale, niant parfois que le mot recouvre quelque réalité tangible. De fait, les multiples listes et cartes dénombrant les provinces de France ne sont ni parfaitement superposables ni exactement comparables.

Essais de définition : il s’agit d’un territoire, en général de grande étendue, dont les habitants se reconnaissent des origines, des moeurs, des usages et des institutions communes, qui se sont traduites par des statuts, coutumes et des privilège particuliers, en général différents des provinces voisines. La province est en général formée de la réunion de différents pays plus petits, comprend souvent plusieurs grandes villes et sa division la plus commune se fait en « haute » et « basse ».

Avant la Révolution, la France était constituée de circonscriptions territoriales issues de l'histoire, de la géographie et du peuplement qui étaient différentes selon les différents pouvoirs qui s'y exerçaient, avec des catégories différentes comme métropoles, provinces, diocèses, duchés, baronnies, gouvernements, états, élections, généralités, intendance, parlements, pays, bailliages, etc.. suivis d'un nom de région qui était souvent le même, sans recouvrir la même étendue géographique. Ainsi, le ressort du parlement d'Artois ne correspondait pas au même territoire que le gouvernement d'Artois ou que l'intendance d'Artois.

L' Assemblée constituante de 1789, après avoir aboli au cours de la nuit du 4 août tous les droits et les usages particuliers aux différentes régions (que l'on nommait aussi privilèges comme ceux des classes, noblesse et clergé), décida d'instituer un découpage uniforme du territoire, les départements, et que ce découpage serait le même pour les différentes fonctions de l'État : militaire, religieuse, fiscale, administrative, universitaire, judiciaire, etc.. La ville choisie comme chef-lieu de chaque département aurait dû concentrer les sièges de chacune de ces fonctions et posséder à la fois une préfecture, un tribunal, une université, une place militaire, un évêché, une bourse, une foire, un hôpital, etc.. Les protestations des villes qui remplissaient depuis toujours l'une de ces fonctions et qui se voyaient ainsi dépouillées, qui de leur cour d'Appel, qui de leur arsenal, qui de leur université, qui de leur foire, empêchèrent d'exécuter complètement ce plan.

Sommaire

[masquer]

Cités des peuples gaulois : la notion la plus ancienne [modifier]

La Gaule était occupée par une centaine de peuples (300 pour Flavius Josèphe), parfois très différents de mœurs. Jules César appelle chacun de ces états indépendants "civitas" (cité, sans que le mot dans ce cas ne se réfère à l'idée de ville ou de bourg), certains étant subdivisé en pagi. De nombreux petits peuples gaulois étaient "clients" de leurs voisins, donc sous leur dépendance. Ce sont souvent des provinces avant la lettre.

« Il est digne de remarquer que les vieux états gaulois ont conservé jusqu'à une époque très voisine de nous, leur nom, leurs limites et une sorte d'existence morale dans les souvenirs et les affections des hommes. Ni les Romains, ni les Germains, ni la féodalité, ni la monarchie n'ont détruit ces unités vivaces ; on les retrouve encore dans les provinces et les pays de la France actuelle. »

— Fustel de Coulanges

Provinces romaines : l'organisation normative [modifier]

Les différentes parties de la Gaule ( 58 avant J.-C.)

L'étymologie latine du terme nous renseigne sur son sens premier : 'pro vincere, terroire conquis. Chaque province romaine de la Gaule ou provincia avait une définition juridique précise, des limites clairement définies et des structures administratives codifiées. Le nombre de ces provinces, leurs organisations et leurs limites ont largement varié en 5 siècles ; chacune était dirigée par un proconsul ou un propréteur. César, outre la Provincia (Provence), déjà romaine, divisa la Gaule en 3 provinces : l'Aquitaine, la Belgique et la Celtique. En 4 siècles de domination romaine, leur nombre passa de 3 à 11, augmentation due à la fois à l'expansion de l'empire et à la diminution de taille avec démembrement des entités initiales : 1ère et 2e Germanie, 1ère, 2e, 3e et 4e Lyonnaise, 1ère et 2e Aquitaine, 1ère et 2e Belgique, 1ère et 2e Narbonnaise, la Novempopulanie, la Séquanaise, la Viennoise, les Alpes cottiennes, maritimes, graies et pennines. Ces provinces se subdivisaient en cités (civitas ou civitates au pluriel) dont le nombre est passé de 33 à 113.

Provinces ecclésiastiques: des cités aux diocèses [modifier]

Les métropoles sont les territoires sous la juridiction d'un archevêque métropolitain, appelées aussi provinces parce qu'elles sont issues des provinces romaine dont les premiers évêques ont assuré l'administration lors de la chute de l'Empire romain.

Elles sont constituées des diocèses qui ont, selon le même processus, succédé aux anciennes "cités" gauloises romanisées, et qui en ont presque toujours conservé le nom. Les diocèses étaient composés des paroisses, ensembles d'habitants pouvant s'assembler dans une même église, dont les noms et les limites ont été conservées dans les 36 000 communes françaises.

Les circonscriptions ecclésiastiques, en raison de leur statut de main-morte, sont les plus anciennes circonscriptions territoriales et les plus stables, depuis l'Antiquité préhistorique jusqu'à la refonte générale de 1802.

Provinces judiciaires: les parlements, les bailliages et sénéchaussées [modifier]

En fonction de leur droit et de leurs coutumes, de leurs langues, le territoire de la couronne se divise d'une part en pays de droit écrit, (en gros la partie qu'on appelle aujourd'hui l'Occitanie) et en pays de droit non-écrit (le Nord). Chacune de ces parties comprend plusieurs parlements dont les ressorts sont autant de provinces judiciaires et dont ressortissent toutes les juridictions royales, c'est-à-dire des circonscriptions judiciaires ; bailliages et sénéchaussées. Chacune d'elle peut avoir dans sa circonscription plusieurs territoires ayant des coutumes particulières et qu'on appelle pays. Il s'agit en général, d'anciens vicus ayant conservé des usages locaux. Ainsi, la sénéchaussée de Quercy est-elle subdivisée en cinq bailliages secondaires, correspondant à cinq anciennes vigueries.

Article détaillé : Parlement (Ancien Régime).

Provinces fiscales: États, Élections, Généralités et intendances [modifier]

Quelques auteurs tentent d'assimiler le concept de province à celui de généralité. Sans doute les concepts coïncident-ils occasionnellement lorsque, précisément, l'étendue d'une généralité recoupe peu ou prou celui d'une entité territoriale plus ancienne. Mais on ne saurait y voir synonymie : personne n'utilisera le terme de « province » pour désigner la généralité d'Auch ou la généralité de Soissons.

Article détaillé : Généralité (France).

Provinces militaires: des grands fiefs aux gouvernements [modifier]

Ce sont les fiefs dépendant directement de la couronne (duchés, comtés et marches) et qui lui doivent une aide militaire.

En plus du duché de France qui est devenu le domaine royal, les six premiers grands fiefs ont le titre de pairie :

Leurs titulaires sont considérés comme les électeurs du roi de France, avec les six autres pairs ecclésiastiques :

Le nombre des grands fiefs varie avec l'histoire (héritages, confiscations, conquêtes, pertes, traités) et augmente avec le rattachement définitif des comté de Provence, duché de Bourgogne, duché de Bretagne, duché de Lorraine, etc... Certaines de ces provinces sont le simple retour à la couronne d'un ancien fief comme le duché de Bourgogne dont le frère d'Hugues Capet avait été titulaire. D'autres sont de véritables acquisitions comme le duché de Savoie, la Corse, le Comtat-Vénessin ou le comté de Nice qui relevaient de l'Empire ou du Saint-Siège.

Contrairement aux provinces ecclésiastiques, leur étendue varie au cours de l'histoire en fonction des possessions de leur titulaires, ou de remaniements politiques. Ainsi, le duché de Gascogne disparaît au XIIe siècle ; le duché de Normandie est divisé en deux gouvernements militaires).

Les trente-six gouvernements correspondent aux provinces dont dépendent tous les fiefs et arrière-fiefs qui sont autant de circonscriptions territoriales pour la défense et la maréchaussée, la levée des hommes d'armes, la construction des places, des arsenaux et des châteaux, les juges d'armes, et donc aussi toutes les questions de noblesse, d'armoriaux, etc...

À la fin de l'Ancien Régime, sans compter les territoires d'Outre-Mer comme les Antilles, Pondichéry ou l'Ile-Maurice, il existe trente-six régions dotées d'un gouverneur chargé de la défense et appelées "gouvernements".

Ces trente-six gouvernements correspondent, avec les régions rattachées à la France depuis 1791, à ce qu'on appelle aujourd'hui les anciennes provinces de France.

Liste des anciennes provinces de France [modifier]

Provinces de France
Les anciens gouvernements de France (1789)
Les départements français (1791) et les limites des anciennes provinces
  1. Île-de-France (Paris) : Cette province trouve son origine dans le domaine royal français, c'est-à-dire le domaine relevant directement de l'autorité du roi de France. Cette province ne donne pas lieu à d'autre titre que celui de roi de France, bien qu'en 1999 Henri d'Orléans adopta le titre de Duc de France, titre qui fait référence à l'Ile-de-France et non à la France elle-même.
  2. Berry (Bourges) : Cette province trouve son origine dans la vicomté de Bourges, acquise en 1101.
  3. Orléanais (Orléans) : Cette province trouve son origine dans le comté d'Orléans, dépendant du domaine royal.
  4. Normandie (Rouen) : Duché carolingien de Normandie créé en 911 pour Rollon (DR: 1204). Avait pour fiefs la Petite Bretagne, puis la Grande Bretagne après 1066.
  5. Languedoc (Toulouse) : Cette province est conquise à la bataille de Vouillé (RF: 508), le comté de Toulouse est réuni par alliance en (DR:1271).
  6. Lyonnais (Lyon) : Cette province trouve son origine dans le comté de Lyon (RF:1313).
  7. Dauphiné (Grenoble) : Cette province trouve son origine dans le dauphiné de Viennois (RF: 1349).
  8. Champagne (Troyes) : Comté carolingien réuni par alliance (DR: 1361).
  9. Aunis (La Rochelle) : Fief d'Aquitaine (1371).
  10. Saintonge (Saintes) : (1371)
  11. Poitou (Poitiers) : Fief d'Aquitaine (1416).
  12. Duché d'Aquitaine (Bordeaux) : Duché mérovingien, sort du RF avec le mariage d'Éléonore en 1152 (RF: 1453). Duché de Guyenne et de Gascogne en 1789.
  13. Duché de Bourgogne (Dijon) : Duché capétien (1477).
  14. Picardie (Amiens) : (1482)
  15. Anjou (Angers) : (1482)
  16. Comté de Provence (Aix) : (1482)
  17. Comté d'Angoumois (Angoulême) : (1514)
  18. Bourbonnais (Moulins) : Cette province trouve son origine dans le duché de Bourbon (DR: 1527).
  19. Comté de la Marche (Guéret) : Cette province trouve son origine dans le comté de la Marche (DR: 1527).
  20. Bretagne (Rennes) : Cette province trouve son origine dans le duché de Bretagne, réuni par alliance (RF: 1532).
Provinces de France avant la Révolution avec leurs capitales de gouvernements indiquées entre parenthèses, ainsi que la date de leur union avec le royaume de France (notées RF) ou de la réunion de leur titre au domaine royal (notées DR) :
  1. Comté du Maine (Le Mans) : Cette province trouve son origine dans le comté du Maine (DR: 1584).
    Comté du Perche (Nogent-le-Rotrou) : Cette province appartenait en 1789 au Gouvernement de Maine-et-Perche.
  2. Touraine (Tours) : (1584)
  3. Limousin (Limoges) : (1589)
  4. Comté de Foix (Foix) : (1607)
  5. Comté d'Auvergne (Clermont-Ferrand) : Duché mérovingien, comté carolingien (DR: 1457).
  6. Béarn (Pau) : Cette province trouve son origine dans la vicomté de Béarn (DR: 1620).
  7. Alsace (Strasbourg) : Cette province trouve son origine dans le landgraviat de Haute-Alsace (RF: 1648).
  8. Comté d'Artois (Arras) : L'Artois faisait auparavant partie, tout comme la Flandre, des Pays-Bas espagnols aux mains des Habsbourg (1659).
  9. Roussillon (Perpignan) : (1659)
  10. Flandre (Lille) : Cette province incluait la Flandre française, une partie du Hainaut et le Cambrésis. La Flandre faisait auparavant partie, tout comme l'Artois, des Pays-Bas espagnols (RF: 1668).
  11. Franche-Comté (Besançon) : Cette province trouve son origine dans le comté de Bourgogne (RF: 1678).
  12. Grand-gouvernement de Lorraine-et-Barrois : réunion de l'ancienne province des Trois-Évêchés (Metz) : (RF: 1648) et des Duché de Lorraine et de Bar (Nancy) : Ancienne Lotharingie, duché carolingien de Haute-Lorraine pour doter la fille de Charles le Simple (935), possession viagère de Stanislas Ier de Pologne retour (DR: 1766).
  13. Corse (Ajaccio) : Hors carte, possession de la République de Gênes (RF: 1768).
  14. Duché de Nivernais (Nevers) : Le Nivernais, bien que dépendant du royaume de France, n'avait pas été rattaché au domaine royal en 1789.
  • Un certain nombre de territoires aujourd'hui français ne faisaient pas partie du royaume en 1789 :
  1. Comtat Venaissin (Carpentras) : Fief du pape (1791). Plus ville d'Avignon, également fief pontifical. La principauté d'Orange avait quant à elle été rattachée à la France en 1713.
  2. République de Mulhouse : Alliée aux cantons suisses (1798).
  3. Duché de Savoie (Chambéry) : Fief du Royaume de Sardaigne (1860).
  4. Comté de Nice (Nice) : Fief du Royaume de Sardaigne (1860).
  5. Principauté de Montbéliard (Montbéliard) : (1793)
 

Provinces faisant partie de la France à la Révolution [modifier]

La liste la plus officielle du XVIIIe siècle est contenue dans les lettres patentes royales publiées le 4 mars 1790 qui faisaient suite aux décrets de l'Assemblée nationale des 15 janvier, 16 et 26 février ordonnant la division de la France en 83 départements. Ce document conforte l'idée de provinces puisqu'il divise le Royaume en 89 d'entre elles mais cette liste est soumise à d'évidentes critiques (cf Romanet, Berlet). Même aujourd'hui, il reste illusoire de vouloir intégrer toutes les provinces dans un ensemble cohérent, rationnel, systématique, structuré et surtout parfaitement juxtaposé ; « On demeure confondu quand on voit avec quelle assurance les géographes-historiens enseignent, depuis un siècle, que la France était divisée en un nombre fixé de provinces méthodiquement classées et délimitées » (Armand Brette).

Territoires extérieurs à la France en 1789 [modifier]

N'étaient pas rattachés à la France, en 1789 les territoires suivants (année de la réunion à la France entre parenthèses) :

Voir aussi [modifier]

Articles connexes [modifier]

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>