Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de loipri

La croisade populaire (1096)

6 Novembre 2011 , Rédigé par loipri Publié dans #Histoire du Monde

Lorsque le pape Urbain II lance le 27 novembre 1095 son appel à délivrer les Lieux Saints, il escomptait une mobilisation de la classe combattante, mais n’avait pas prévu que la ferveur religieuse allait entraîner un grand nombre d’hommes et de femmes issus des couches populaire de la société sur la route de Jérusalem. Depuis plusieurs années, les paysans avaient subi plusieurs années de sécheresses et de famines, et pour certains d’entre eux, la croisade leur apparaissait comme une échappatoire à leur condition miséreuse. Plusieurs phénomènes astronomiques leur apparaissent également comme autant de signes envoyés par Dieu : chutes de météorites, aurores boréales, éclipse lunaire et apparition de comètes. Une épidémie d’intoxication par l’ergot, qui incite en général les gens à partir nombreux en pèlerinage, éclate peu avant le concile de Clermont. La conviction que la fin du monde était proche a également connu un regain de popularité. La réponse à l’appel d’Urbain II l’a été au-delà de toute attente : il escomptait tout au plus quelques milliers de chevaliers et il obtient une migration d’environ 40 000 croisés, la plupart non combattants, y compris des femmes et des enfants.

Un moine charismatique et très bon orateur, Pierre l'Ermite, est le chef spirituel du mouvement. Il est connu pour monter un âne et porter des vêtements simples. Il prêche énormément dans le nord de la France et en Flandre et prétend avoir été directement nommé par le Christ dans ce dessein (il produisait pour le prouver une prétendue lettre de la main de Dieu) et il est probable que certains de ses disciples le voyaient comme le véritable instigateur de la croisade. La croyance populaire estime que l’armée de Pierre l'Ermite est composée de paysans incultes et analphabètes qui croient que toute ville de taille importante se trouvant sur leur chemin était Jérusalem, ce qui était peut-être vrai pour quelques uns d’entre eux. Mais la longue tradition des pèlerinages à Jérusalem a contribué à ce que le plus grand nombre connaissent l’emplacement et la distance de Jérusalem. La majorité de ces croisés ne sont pas aptes aux combats, mais quelques chevaliers les accompagnent, comme le futur chroniqueur Foucher de Chartres et Gautier Sans-Avoir qui, comme son nom l’indique, est un pauvre chevalier sans seigneur ni vassaux, mais d’une bonne expérience guerrière.

Pierre l'Ermite

Pierre l'Ermite (Roman du Chevalier du Cygne, enluminure de 1270)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article